Fusillades dans les écoles : la porte-parole de Donald Trump au bord des larmes

Claudine Rigal
Juin 1, 2018

La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a été secouée lors de la période de questions de l'institution mercredi, alors qu'un garçon de 13 ans lui a demandé ce qu'avait fait et ce que comptait faire le gouvernement américain pour lutter contre les fusillades dans les écoles. Ce qui a conduit à une question sans détour: "Pouvez-vous me dire ce que l'administration Trump a fait et a prévu de faire pour éviter ces tragédies insensées?"

Le jeune homme était présent au point presse quotidien de Sarah Sanders, pour l'édition des enfants du magazine Time.

Il a introduit sa question en expliquant qu'il avait dû faire un exercice de confinement à l'école, puis a continué, avec un sincérité déconcertante: "Une chose a des répercussions sur ma santé mentale et celle des autres élèves, c'est de s'inquiéter du fait que nous ou nos amis pourraient se faire tuer à l'école". Il a également fait part de sa peur d'être victime, lui aussi, d'une fusillade.

"Je pense que... Pour un enfant, et pour un parent aussi, bien sûr, il n'y a rien de plus effrayant pour un enfant que d'aller à l'école et de ne pas se sentir en sécurité".

En moyenne, une fusillade en milieu scolaire a lieu chaque semaine aux États-Unis.

Dans sa réponse, Sarah Sanders a assuré que l'administration Trump prenait ce risque très au sérieux: "La commission sur la sécurité dans les écoles que le président a convoquée se réunit cette semaine", a ajouté la porte-parole de l'exécutif américain. Trois mois plus tard, le 18 mai, un jeune lycéen de 17 ans a tué 10 personnes dans son établissement de Santa Fe, au Nouveau-Mexique, après s'être procuré les armes de son père. Le 14 février dernier, un individu de 19 ans a tué 17 personnes dans un lycée de Parkland, en Floride. Sans provoquer de changement législatif majeur.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL