G7: Macron et Merkel évoquent une position commune sur le commerce

Claudine Rigal
Juin 10, 2018

Mais à croire deux sources des négociations, chacun a campé sur ses positions lors de la principale réunion de travail, les Européens tentant d'opposer des arguments chiffrés à une "longue litanie de récriminations" du président américain. On s'oriente vers un compromis pour le communiqué final du G7, indique la France. Par contre, sur la question des changements climatiques, les Etats-Unis restent isolés.

Sur un tout autre sujet, le milliardaire de 71 ans a persisté et signé sur une proposition provocante faite à son arrivée au Canada vendredi: élargir à nouveau le G7 à la Russie, qui en avait été exclue en 2014 après l'annexion de la Crimée. "Nos relations sont très bonnes", a-t-il déclaré, précisant avoir eu des débats "extrêmement productifs" sur le commerce.

Précédé par des tweets rageurs sur les accords "injustes" qui plombent le commerce américain, Donald Trump a fait bonne figure pour la photo de famille.

"En raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de presse, et du fait que le Canada facture d'énormes tarifs à nos fermiers, nos travailleurs et nos entreprises américaines, j'ai donné l'instruction aux représentants américains de ne pas endosser le Communiqué (du G7), alors que nous contemplons des tarifs sur les automobiles qui envahissent le marché américain", a écrit Trump sur Twitter.

Trump a prévu de quitter le sommet du G7 quatre heures avant son terme samedi, afin de se rendre à Singapour pour son sommet inédit avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a annoncé la Maison blanche.

Souhaitée par Trump, elle est refusée par ses alliés. Sur le commerce, les négociations portent sur une formule qui appellerait à la modernisation de l'Organisation mondiale du commerce, afin de satisfaire la délégation américaine.

La chancelière allemande Angela Merkel n'a pas caché qu'il y avait des divergences entre les États-Unis et les six autres membres du G7, mais a affirmé qu'une déclaration commune sur le commerce devrait être publiée à l'issue du sommet qui s'est tenu vendredi et samedi à La Malbaie, au Québec.

"M.Trudeau avait vu venir cette confrontation et s'y est préparé depuis des jours avec l'aide d'un alter ego politique qui lui est particulièrement proche, le président français Emmanuel Macron".

"J'ai hâte de remettre à plat les accords commerciaux injustes avec les pays du G7".

" Je ne considère pas qu'avec une déclaration tout est obtenu et il est évident que nous devrons, dans les semaines prochaines, les prochains mois, continuer à travailler", a dit le président français.

Dans un autre tweet, l'Union européenne et le Canada en prennent pour leur grade: "Levez vos taxes et barrières ou nous allons faire mieux que vous!", lance-t-il. "C'est une occasion unique" qui "ne se représentera jamais", a assuré samedi le président américain, se disant "vraiment confiant" avant cette rencontre. "Moscou n'a jamais demandé à revenir dans le G8", lui a répondu le chef de la diplomatie russe. "Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas dit auparavant - tant en public que dans ses conversations privées avec le président".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL