Infos Reuters: L'Opep+ divisée sur une hausse de la production

Xavier Trudeau
Juin 19, 2018

En cette occasion, le ministre de l'Energie évoquera les efforts soutenus de l'Algérie afin de stabiliser les marchés pétroliers à l'appui d'une économie mondiale saine et ce, en coopération avec les pays Opep et non Opep, et en privilégiant le dialogue avec les parties prenantes du monde entier. Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, qui doit prendre part à la réunion OPEP - non-OPEP, qui se tiendra au lendemain de la réunion officielle de l'OPEP, avait émis récemment l'hypothèse d'une hausse nettement plus marquée, de 1,5 million de barils par jour avant de revoir, avec l'Arabie Saoudite, la perspective de la hausse à la baisse.

"Il y a définitivement une pression américaine", explique Mme Sen, qui estime que les Etats-Unis ont obtenu de l'Arabie saoudite un engagement à compenser le manque à gagner iranien sur le marché mondial.

Les prix du pétrole baissaient en cours d'échanges européens mardi, à quelques jours d'un sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dans un contexte d'incertitudes autour de l'offre et de la demande futures.

A noter que le JMMC est composé de quatre pays membres de l'Opep (Algérie, Arabie Saoudite, Koweït et Venezuela) et de deux pays non membres de l'Opep (Russie et Oman).

"Si l'Opep et ses alliés conservent leurs niveaux de production de mai, alors le marché pourrait afficher un déficit dans les six prochains mois", a dit l'une d'elles.

Enfin, on signale qu'une réunion regroupera les ministres des pays membres de l'Opep et des pays producteurs non-membres de cette dernière et ce avec de hauts responsables d'organisations et d'entreprises internationales, où il y'aira la présence d'experts en énergie et des scientifiques dans le domaine.

"Dans ces conditions, il est très, très dur pour l'Iran d'accepter" d'augmenter les objectifs de production, ajoute-t-elle. L'Iran fait face à la menace de nouvelles sanctions américaines, tandis que l'Irak souffre de contraintes de production.

L'Iran annonce la couleur en faisant part de son intention d'opposer son droit de veto si le ministre saoudien, Khaled Al Faleh, propose d'augmenter les objectifs de production, selon ce que rapporte l'agence Bloomberg.

Une des sources a indiqué que la proposition de Moscou et de Ryad d'une hausse de 1,5 million de bpj ne relevait que d'une "tactique" visant à persuader les autres pays d'accepter une augmentation de 500.000 à 700.000 bpj.

L'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe ont la capacité d'augmenter leur production.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL