La gagnante Maëlle harcelée par un déséquilibré — "The Voice"

Pierre Vaugeois
Juin 11, 2018

Les policiers ont remonté la piste vers un individu de 19 ans manifestant d'inquiétants signes d'obsession envers la plus belle voix de l'année. L'adolescente de 17 ans a porté plainte.

Après la joie et le bonheur immense de la victoire devant plus de quatre millions de téléspectateurs, l'adolescente a déchanté.

Selon nos confrères toujours bien renseignés du Parisien, la très talentueuse Maëlle (gagnante populaire de The Voice 7 le 12 mai dernier sur TF1) a été contrainte de porter plainte à la gendarmerie de Mâcon quelques jours après son sacre. Elle était la première fille à remporter l'émission, grâce à un talent hors norme qui avait crevé l'écran durant de nombreuses semaines. Voilà pour la belle histoire.

Comme le révèle aujourd'hui Le Parisien, l'homme a dans un premier temps contacté Maëlle pour lui proposer un photoshoot. avant de menacer de l'enlever pour "la mettre en vente sur le darknet" car il ne recevait aucune réponse de sa part: "Il assure qu'il a fait la guerre, qu'il est militaire et que durant sa carrière, il a vu des enfants morts et des filles abusées", explique une source. Lors de leur enquête, les forces de l'ordre ont découvert qu'il s'agissait d'un déséquilibré de 19 ans, interné à l'hôpital Charcot de Plaisir dans les Yvelines. Mais l'affaire est prise au sérieux car l'homme bénéficie de permissions de sortie et qu'il a des antécédents judiciaires. Connu des services de police, il avait été interpellé à Paris alors qu'il déambulait armé sur les Champs-Elysées.

Jeudi 31 mai, il est invité à se rendre à l'hôtel de police pour être librement entendu par un enquêteur. Un expert psychiatrique a jugé l'homme irresponsable de ses actes, mais dangereux. Le dossier est désormais sur le bureau du procureur de Versailles. Il a le choix entre classer directement le dossier ou le renvoyer pour marquer le coup devant le tribunal, qui devrait prendre à terme la même décision.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL