La loi n'était donc pas si claire — Cannabis CBD

Evrard Martin
Juin 18, 2018

Agnès Buzyn estime que "ces coffee shops se sont ouverts sur une zone grise du droit". Le droit dit que le chanvre peut être utilisé à des fins industrielles quand il contient moins de 0,2 % de THC. "Il faut qu'on trouve le bon moyen (.) ils n'ont pas à vendre des produits contenant du THC", a-t-elle dit. Et la ministre d'ajouter: "Il va falloir qu'on revoit la législation et revoir comment on met de l'ordre dans tout cela, a-t-elle dit, évoquant un travail conjoint avec la répression des fraudes de Bercy". Ils profitent d'un flou dans la loi qui autorise le CBD, dès lors que la teneur en THC, composant du cannabis qui a un effet psychotrope, n'excède pas 0,2%. Mais elle a répété sons opposition à toute légalisation du cannabis récréatif, "parce que je pense que c'est un produit toxique et dangereux, qui entraîne des troubles cognitifs majeurs chez des jeunes, un grand nombre d'accidents de la route..."

Une enquête préliminaire a été ouverte le 11 juin contre une de ces boutiques à Paris quelques jours après son ouverture, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information du Journal du dimanche.

Les investigations concenant ce tout premier magasin de ce type à Paris, ont été confiées à la Brigade des stupéfiants et du proxénétisme (BSP). Dans un sondage publié lundi dernier, 51% des Français se disaient favorables à "une régulation et un encadrement du cannabis", à condition qu'il reste interdit dans certains cas, notamment au volant et pour les mineurs. La législation sur les stupéfiants devrait évoluer en France dans les prochains mois: le gouvernement souhaite ainsi que leur usage, en particulier celui du cannabis, soit sanctionné d'une "amende forfaitaire délictuelle" de 300 euros, avait affirmé début avril la ministre de la Justice, Nicole Belloubet.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL