La NASA perd le contact avec Opportunity — Tempête sur Mars

Alain Brian
Juin 17, 2018

De son côté, le rover Curiosity (distant d'Opportunity de 140° de longitude, pratiquement à l'opposé de Mars) a noté une forte augmentation de la poussière dans son environnement et sur son horizon.

Depuis le 31 mai, une tempête de poussière "mondiale " sévit sur la planète rouge, la plus épaisse jamais enregistrée par les scientifiques. Sur les zones déjà frappées, il fait complètement noir, a confirmé la Nasa mercredi.

En revanche, la tempête offre un spectacle inédit aux trois sondes américaines actuellement sur orbite martienne (Mars Reconnaissance Orbiter, 2001 Mars Odyssey et Maven). Le plus vieux d'entre eux, Opportunity, a parcouru plus de 45 km depuis 2004, alimenté en énergie par des panneaux solaires (l'autre, Curiosity, est nucléaire et roule depuis 2012).

La dernière tempête géante remonte à 2007, et celle qui fait rage aujourd'hui s'est levée il y a une semaine et demi. "Nous attendons, nous écoutons tous les jours pour voir s'il envoie un signal", a expliqué John Callas, le chef de projet Opportunity à la Nasa. Le rover ne peut demeurer dans son état de sommeil que si la température ne descend pas en-dessous de -55 °C. Heureusement, les scientifiques ne s'attendent pas à ce qu'elle descende en-dessous de -36, car l'été approche sur Mars. "Nous devrions être capables de survivre à la tempête une fois que le ciel se dégagera", a prudemment dit John Callas.

" En raison d'une quantité extrême de poussière au-dessus de Perseverance Valley, les ingénieurs de mission croient qu'il est peu probable que le rover ait assez de lumière du Soleil pour se recharger pendant au moins les prochains jours", écrit la Nasa. Elles ont gardé une capacité de 85%.

En Californie, au centre de contrôle du programme Opportunity, l'inquiétude était mêlée à la curiosité scientifique: de telles tempêtes planétaires sont en effet rares.

Or, avant d'envoyer des hommes sur la planète, il est essentiel d'améliorer. les prévisions météorologiques. La NASA veut pouvoir anticiper des tempêtes de cette taille, dont on ne comprend pas bien l'origine. Ceci a fait dire à Jim Watzin, le directeur du programme d'exploration martien de la Nasa: " C'est la tempête idéale pour la science martienne ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL