" "La " voiture volante " du cofondateur de Google disponible en pré-commande

Xavier Trudeau
Juin 8, 2018

Un point qui distingue le "Flyer" de ses principaux concurrents sur ce marché naissant de la voiture volante, comme le modèle de la société néerlandaise Pal-V que nous avions pu découvrir au salon de Genève. Cet engin volant électrique est désormais disponible pour des tests grandeur nature et des pré-commandes aux États-Unis, a fait savoir le concepteur du produit.

C'est la réalisation d'un fantasme aussi vieux que la science-fiction. La start-up vient de présenter "Flyer". Elle est financée par Larry Page, le cofondateur de Google et directeur général d'Alphabet, tandis qu'elle est dirigée par Sebastian Thrun, un pionnier de la conduite autonome qui est notamment connu pour avoir dirigé Google X.

Sur le site consacré au Flyer, il existe une possibilité de précommande sur invitation, mais aucun prix n'est affiché, ni même une date de disponibilité. La piloter est aussi facile que de jouer à un jeu vidéo, a fait valoir Kitty Hawk, qui précise qu'il n'y a pas besoin de brevet de pilote et qu'il s'agit d'un engin de loisirs.

Il ressemble à un petit hydravion et vole à 32 km/h maximum, pour une autonomie de 12 à 20 minutes.

Doté d'un cockpit pour une personne, d'une dizaine de retors et de flotteurs semblables à ceux des hydravions, l'engin peut atteindre une vitesse maximale de 32 km/h.

Jusqu'alors considéré comme un prototype, le "Flyer" entame désormais sa phase commerciale en permettant aux clients de s'inscrire pour réaliser "un rêve d'enfance" et éventuellement faire une pré-commande.

"Flyer est le premier véhicule personnel de Kitty Hawk et une première étape pour faire du vol un élément du quotidien", a fait valoir l'entreprise.

Pour assurer la stabilité et la facilité du vol, Kitty Hawk évoque une partie logicielle " innovante qui utilise les données de plusieurs capteurs intelligents.

"Les tests ont lieu près d'un lac de la région de Las Vegas, dans l'ouest des États-Unis".

Kitty Hawk teste déjà en Nouvelle-Zélande un autre modèle: Cora, une voiture électrique volante sans pilote destinée à fonctionner comme les compagnies aériennes ou de taxis, les passagers devant réserver leur voyage. Mais il faudra encore faire preuve de patience, la phase de test étant prévue pour durer six ans.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL