L'analyse qui sème le doute — Levothyrox

Evrard Martin
Juin 16, 2018

"Concernant la présence d'une forme de lévothyroxine différente dans la nouvelle formule du Levothyrox, nous affirmons formellement que tel n'est pas le cas ", a ajouté un responsable de Merck. Suite à ce changement, de nombreux patients se plaignent d'effets secondaires le plus souvent inexpliqués. Selon ce communiqué, "l'ANSM a réalisé dans ses laboratoires plusieurs contrôles du Levothyrox nouvelle formule en termes de composition qui ont confirmé sa bonne qualité".

Le laboratoire allemand Merck MRCG.DE, qui commercialise le Levothyrox, a dénoncé jeudi les révélations "infondées" de l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT) sur la nouvelle formule du médicament pour traiter la thyroïde, à l'origine de nombreuses plaintes pour effets secondaires. En outre, elle "constate (.) la présence, très anormale, de dextrothyroxine", une autre molécule, autrefois employée contre le cholestérol, "qui pourrait expliquer les tableaux très atypiques observés chez de nombreux patients-victimes". Non commercialisée en France, elle a été retirée de la vente aux États-Unis, en raison d'effets secondaires comme des crampes, des vertiges ou encore des pertes de cheveux (ressemblant aux symptômes ressentis par les malades de la thyroïde).

La juge d'instruction du pôle de santé de Marseille en charge de l'enquête au pénal contre le laboratoire Merck pour "tromperie aggravée, blessures involontaires et mise en danger d'autrui" areçu les résultats de l'étude, qui n'ont pas pu nous être transmis.

L'association appelle désormais l'Agence nationale de sécurité du médicament a rebondir sur ces résultats pour les affirmer ou les infirmer. "À ce stade, notre association ne prétend pas, sur une seule étude, disposer d'une 'preuve' indiscutable, mais d'un fait nouveau important". "Les résultats, notamment la teneur en lévothyroxine, sont normaux s'agissant de l'AF (ancienne formule)". L'industriel dément également catégoriquement la présence de dextrogyre dans les comprimés de Levothyrox. Les résultats présentés par l'association "ne sont ni détaillés, ni accompagnés d'informations sur le laboratoire ou la méthode utilisée. Aussi, il n'est pas possible, à ce jour, de se prononcer sur leur validité", a souligné l'Agence du médicament.

Alors que le Levothyrox était auparavant en situation de quasi-monopole en France, quatre concurrents à sa nouvelle formule sont aujourd'hui disponibles: L-thyroxin Henning, Thyrofix, L-thyroxine SERB, et TCAPS.

Sollicitée par l'AFP, l'Agence du médicament (ANSM) n'a pas réagi aux affirmations de l'association, en renvoyant à un communiqué du 2 mai.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL