L'avantage va à Kim Jong-un — Sommet de Singapour

Pierre Vaugeois
Juin 12, 2018

Donald Trump et Kim Jong-un ont échangé une poignée de main historique, la première entre un président américain en exercice et un leader nord-coréen, à Singapour, le 12 juin 2018. "L'AIEA se tient prête à effectuer toute activité de vérification en Corée du Nord que les pays concernés pourraient requérir", déclare son secrétaire général Yukiya Amano dans un communiqué en se félicitant du document signé par les dirigeants américain et nord-coréen sur une dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Les deux hommes se sont entretenus en tête-à-tête pendant une quarantaine de minutes, un échange dans lequel Kim Jong-un a déclaré voir " un bon prélude à la paix ", sans toutefois livrer le moindre indice sur le fond des discussions. Les amabilités de circonstance ont alors commencé. Le leader nord-coréen aurait salué son homologue américain en anglais, "Ravi de vous rencontrer, Monsieur le Président". Il a ajouté qu'il croit que Kim Jong Un a aimé la vidéo. Ce fut le cas avec Hitler, avec Staline, lors de tentatives de s'entendre avec d'autres dictateurs " (.) J'espère que cette fois ce sera différent", a-t-il ajouté.

Mais la formulation de la déclaration commune reste très vague, en particulier en termes de calendrier, et s'en remet à des négociations ultérieures pour sa mise en oeuvre. Les tensions sont ensuite montées crescendo lorsque la péninsule a procédé à des tests de missiles capables d'atteindre les États-Unis.

Cette journée en tout point extraordinaire a vu le président de la première puissance mondiale afficher une forme de complicité avec l'héritier de la dynastie des Kim, qui règne d'une main de fer sur la Corée du Nord depuis plus de 60 ans.

Celui dont les déplacements à l'étranger se comptent sur les doigts d'une main est sorti de son huis clos habituel en visitant le jardin botanique ultra-moderne de la baie de Singapour. Le Japon et la Corée du Sud, soutenue par les Etats-Unis, ont fait part de leur espoir pour un sommet fructueux.

"Kim Jong Un a réaffirmé son engagement ferme et inébranlable en faveur d'une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", est-il écrit dans ce texte, que les deux hommes s'engagent à mettre en oeuvre "dans sa totalité" et "très rapidement".

" Signer un document avec Kim jong-un qui est allé jusqu'à obtenir l'arme nucléaire, c'est pratiquement récompenser quelqu'un qui a été à l'encontre de tous les traités internationaux", a-t-elle affirmé, alors que l'accord nucléaire conclu avec Téhéran, dénoncé récemment par les États-Unis, est " respecté par l'Iran", selon Paris et l'Union européenne.

En outre, dans ce document, la Corée du Nord et les États-Unis s'engagent également à établir de nouvelles relations conformément à la volonté de paix et de prospérité des peuples des deux pays, à bâtir un régime de paix durable et stable dans la péninsule coréenne, et à restituer les prisonniers de guerre et des portés disparus au combat, avec rapatriement immédiat de ceux déjà identifiés. Donald Trump a en outre invité son vis-à-vis à la Maison Blanche.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL