Le harcèlement sexuel bientôt pénalisé — Arabie saoudite

Claudine Rigal
Juin 1, 2018

Après la première projection dans un cinéma depuis 35 ans en avril dernier, ou la décision d'autoriser les femmes à conduire, décision prise en septembre dernier et qui devrait entrer en vigueur ce 24 juin, l'Arabie saoudite déclare la guerre au harcèlement sexuel, annonce l'agence de presse officielle Saudi Press Agency (SPA).

Jusqu'à cinq ans de prison et 300.000 riyals (plus de 68.000 euros) d'amende.

"C'est un ajout très important à l'histoire des règlementations dans le royaume", a indiqué Latifa al-Shaalan, membre du Conseil de la choura, dans une déclaration relayée mardi soir par le ministère de l'Information. "Cela comble un grand vide législatif et c'est un moyen de dissuasion", a-t-elle ajouté. Elle vise à "combattre le harcèlement, à l'empêcher, à punir les auteurs et à protéger les victimes afin de sauvegarder l'intimité, la dignité et la liberté personnelle qui sont garanties par la loi islamique", souligne la déclaration du Conseil de la Choura.

Ainsi, Amnesty International a annoncé la semaine dernière qu'au moins dix personnes, dont sept femmes, avaient été arrêtées pour avoir milité pour le droit des femmes à conduire une voiture et demandé la libération de la tutelle masculine. Cette levée historique intervient dans le cadre d'une campagne de libéralisation très médiatisée, impulsée par le jeune prince héritier Mohammed ben Salmane, qui se définit lui-même comme un réformateur.

Si les autorités saoudiennes véhiculent l'image d'une ouverture inédite envers les femmes ces derniers mois, la répression est toujours le lot des militantes féministes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL