Le revenu de base n'est "pas la bonne réponse", selon Griveaux — Pauvreté

Xavier Trudeau
Juin 10, 2018

Les présidents de 13 départements français ont présenté mercredi, à Bordeaux, une étude de faisabilité afin d'aboutir à une expérimentation du revenu de base à l'échelle locale.

L'idée du revenu de base, enterrée il y'a plus d'un an avec l'échec de Benoît Hamon au premier tour serait-elle en train de renaitre de ses cendres? Malgré ce dispositif, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux n'est pas convaincu que le revenu de base soit "la bonne réponse" à la pauvreté.

Alors que 13 départements militent pour obtenir l'autorisation du gouvernement d'explorer en grandeur réelle la piste du revenu de base dans une version qui permettrait de soutenir enfin les populations qui ne touchent aucune des aides auxquelles elles ont droit, le porte-parole du gouvernement vient d'en contester le principe, au plan philosophique, dit-il, en lui opposant la valeur travail. En avril dernier, à Paris, les élus des 13 départements avaient défini 18 scénarios de revenu de base, en fonction du nombre de prestations fusionnées, du type de publics visés, etc. Hier, ils en ont retenu deux. Il concernerait 20 000 personnes, essentiellement des bénéficiaires qui s'abstiennent actuellement de demander le RSA, selon le rapport de l'IPP (l'Institut des politiques publiques). "Mais très peu ont accepté cette aide".

Agriculteur sinistré, aidant familial sans emploi, jeune de moins de 25 ans. A Pessac, il a présenté quatre " scénarios crédibles et chiffrés de revenus de base ". Cette somme irait décroissante en fonction des ressources de la personne, jusqu'à s'annuler à 1.536 euros nets perçus.

Une deuxième hypothèse suggère quant à elle que ce revenu puisse être d'un montant minimum de 530 euros pour une personne seule propriétaire, et 725 euros pour une personne seule locataire. Cette réforme coûterait entre 11,5 milliards d'euros et 25,7 milliards d'euros supplémentaires.

Suivant ces variables, le coût de l'expérimentation du revenu de base par département va de 2,8 à 7,5 millions d'euros par an. " Soutenable financièrement ", selon Jean-Luc Gleyze. Il demande au gouvernement une loi d'expérimentation, assortie d'un fonds dédié, à l'image de ce qui a été fait pour le RSA ou les Territoires Zéro Chômeur.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL