Le sommet du G7 au Canada pourrait se conclure à 6+1

Claudine Rigal
Juin 9, 2018

Dans un autre message posté sur le réseau social, le président américain écrit: "Merci de dire au premier ministre Trudeau et au président Macron qu'ils imposent aux États-Unis des taxes massives (.)", ajoutant: "Hâte de les voir demain". Le ton est monté jeudi entre les Européens et Canadiens contre le président américain à cause de la guerre commerciale provoquée par la décision des Etats-Unis de taxer les importations. Malgré tout, le courant passe toujours entre le Président français et son homologue américain. Des discussions qui s'annoncent houleuses, notamment sur les questions commerciales.

Lire aussi: Tous contre Trump, Macron prend-il trop de risques?

"Nous avons eu une première discussion, un début de discussion sur des sujets d'actualité comme le commerce, mais qui ont permis de lever je crois beaucoup de possibles malentendus". Le premier ministre canadien se sera auparavant entretenu avec son homologue britannique Theresa May, le premier ministre japonais Shinzo Abe, le président italien Giuseppe Conte -le nouveau du groupe - et la chancelière allemande Angela Merkel, doyenne du G7. "Les choses avancent dans ce G7", a affirmé le président français, se félicitant que le dialogue ne soit pas rompu.

"L'Union européenne nous traite très mal, le Canada, très mal", a-t-il dit à Washington. Et leur coup de fil de la semaine dernière sur ce sujet avait été très tendu, selon la presse américaine.

Y passer un minimum de temps tout en ouvrant un maximum de fronts: au sommet du G7, Donald Trump, loin d'être sur la défensive face à des partenaires à bout de patience, imprime son rythme. Et les deux jours de réunion promettent des étincelles. On voit les Etats-Unis sortir du multilatéralisme, c'est à dire de cette action collective des différents pays, des grandes puissances pour essayer de trouver une solution ensemble et ça qui est grave.

Je suis d'accord avec le président [Trump], a-t-il tweeté. Il a ainsi répliqué à Justin Trudeau, qui avec Emmanuel Macron, en visite au Canada depuis mercredi, a ouvertement critiqué le repli protectionniste américain.

Le président américain Donald Trump a accusé jeudi la France et le Canada d'imposer des "droits de douane énormes" aux Etats-Unis et de créer des "barrières douanières non-monétaires".

"La volonté de signer un texte à sept ne doit pas être plus forte que notre exigence sur le contenu de ce texte". Il s'envolera directement vers Singapour pour son sommet du 12 juin avec le dirigeant nord-coréen. "Nous héritons d'engagements qui nous dépassent". "Et même quand elle prend des décisions, même dans les rares moments où elle prend des décisions, les pays importants ne les respectent même pas", a estimé le conseiller économique du président, qui assure que Donald Trump, qualifié de " plus puissant réformateur du commerce depuis de nombreuses décennies", " essaie de le réparer ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL