"Les médicaments pouvaient représenter un danger", estime un médecin — Alzheimer

Evrard Martin
Juin 4, 2018

"C'était difficile de le repérer parce que les patients sont âgés, mais la Haute Autorité de Santé nous dit que les médicaments pouvaient représenter un danger pour les patients", souligne Jacques Battistoni. Cela concerne quatre médicaments: Arisent, Ebixa, Exelon, Reminyl. Selon le professeur Christian Thuillez, président de cette commission, si " les bénéfices de ces médicaments existent ", ils demeurent " modestes et ne sont pas suffisants par rapport aux risques encourus par les patients ". La liste des effets secondaires possibles serait non négligeable: la HAS parle notamment de troubles digestifs, cardiovasculaires ou neuropsychiatriques, voire de syncopes ou de réactions cutanées sévères. "Cette mauvaise décision [aurait due être] accompagnée d'annonces de moyens financiers conséquents pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer, le développement de structures et de prise en soin qui font toujours cruellement défaut", conclut l'association nationale. Ils étaient jusque-là remboursés à hauteur de 15% par l'Assurance maladie, pour un coût de quelque 90 millions d'euros en 2015.

Si cet argent est effectivement utilisé pour proposer une aide à la personne aux malades d'Alzheimer, il n'empêche que ceux-ci se retrouvent sans véritable traitement médicamenteux efficace, alors que 850 000 à 1,2 million de personnes en souffrent en France. " Ils disposent de plus nombreuses possibilités d'effectuer des consultations longues au domicile des patients, pour faire le point sur la maladie et s'assurer d'une prise en charge de qualité".

Ces médicaments bien plus dangereux qu'utiles menacent la santé des personnes âgées atteintes de cette pathologie.

Quant aux associations de patients, elles ne décolèrent pas. Le 28 mai 2018, France Alzheimer annonçait dans un communiqué que cette décision était: "infondée et dangereuse". "Par contre, si l'on parle d'un effet sur les symptômes des personnes malades, alors oui, ces médicaments sont efficaces". Ce protocole de prise en charge des malades vient d'être publié par la HAS.

Shutterstock La ministre de la Santé a annoncé le déremboursement total des médicaments prescrits dans la prise en charge de la maladie d'Alzheimer.

Une décision gouvernementale sur la fin du remboursement de certains médicaments anti-Alzheimer a été officialisée par un arrêt du ministère de la Santé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL