Les pensions de réversion menacées? Le ton monte dans l'opposition — Retraites

Xavier Trudeau
Juin 22, 2018

"La future réforme ne touchera pas aux pensions déjà liquidées". C'est ainsi que le haut-commissaire à la réforme des retraites a provoqué un véritable tollé.

Hier, les réactions ont été vives et quasi unanimes. Pas sûr que les propos d'Agnes Buzyn, la ministre de la Santé et des Solidarités, devant le Sénat jeudi, calment la polémique: la ministre a essayé de rassurer en précisant qu'il n'était pas "du tout question de supprimer les pensions de réversion". Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a estimé qu'il s'agissait d'"une idée scandaleuse". "A qui pense-t-on?", a-t-il demandé.

À la mort d'une personne, son époux ou son épouse qui lui survit peut se voir reverser une partie de la retraite du défunt: c'est ce qu'on appelle les pensions de réversion.

Le Rassemblement national (RN, ex-FN), qui a dénoncé un gouvernement semblant s'apprêter à "contester le principe même" des pensions de réversion, a appelé "les retraités français, comme les salariés qui ont cotisé, à s'opposer à cette atteinte de grande ampleur à leurs intérêts et à se mobiliser pour défendre leurs droits". En Suède, où le pays a opté pour une retraite par point, et qui est souvent cité en exemple, la pension de réversion a été supprimée.

Pour ces pensions, le gouvernement peut jouer sur différents paramètres. L'éventail du déclenchement des droits est très variable allant de 50 ans pour certaines catégories de la fonction publique jusqu'à 65 ans pour les professions libérales.

Le dispositif coûte au total 36 milliards d'euros par an. En revanche, il n'y a pas de conditions de ressources dans les régimes complémentaires. Pour eux (et donc surtout pour elles), c'est la seule pension de retraite. 89 % des pensions de réversion sont versées aux femmes.

Revoir les pensions de réversion est un sujet explosif, ne serait-ce que parce que la réversion concerne presque 4 millions et demi de personnes dont la grande majorité sont des femmes (87%), et qu'un million de ces bénéficiaires n'a pas de retraite en propre. Il s'agit de l'équivalent de 1,5 point de PIB.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL