L'Italie ferme ses ports à deux autres navires d'ONG

Claudine Rigal
Juin 23, 2018

Le Lifeline, navire menacé de mise sous séquestre par l'Italie, attend dans les eaux internationales une solution diplomatique et un approvisionnement pour les quelque 230 migrants à bord, a indiqué samedi l'ONG allemande Lifeline qui l'affrète.

Le ministre italien des Transports Danilo Toninelli a ordonné l'ouverture une enquête: il accuse l'ONG d'avoir enfreint le droit international, en secourant les migrants en eaux libyennes alors que les garde-côtes libyens allaient intervenir et en battant "illégalement et illégitimement" pavillon néerlandais. "Pour la sécurité de l'équipage et des passagers nous avons demandé que Malte ouvre ses ports", a affirmé sur Twitter le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini. "Evidemment, ce bateau devra ensuite être mis sous séquestre et son équipage arrêté", a ajouté le chef du parti d'extrême droite La Ligue.

Les autorités néerlandaises ont en effet affirmé que le navire n'était pas inscrit au registres navals des Pays-Bas. "On ne peut pas jouer avec des vies humaines". Non pas parce que Matteo Salvini est une brute, un méchant égoïste.

Dans la soirée, lors d'un rassemblement public à Terni (centre), M. Salvini a qualifié le Lifeline de "bateau fantôme, comme celui du capitaine Crochet" des aventures de Peter Pan, a rapporté l'agence italienne AGI. "S'ils viennent en Italie, je les dénoncerai aux autorités pour aide à l'immigration illégale".

L'organisation dit craindre "qu'une situation semblable à celle de l'Aquarius il y a une semaine puisse se profiler à l'horizon".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL