Nouvelle escalade verbale entre Pékin et Washington — Commerce

Xavier Trudeau
Juin 19, 2018

La Chine et les Etats-Unis étaient mardi 19 juin plus proches que jamais d'une guerre commerciale, Pékin promettant des " représailles " à la suite des menaces, la veille, de Donald Trump d'imposer de nouvelles taxes prohibitives sur les produits chinois importés.

Concrètement, le président américain a annoncé lundi soir son intention de taxer 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires à hauteur de 10%.

La Chine a déjà publié une liste de produits en provenance des Etats-Unis, représentant 50 milliards de dollars, notamment le soja, les avions et les voitures, qui pourraient être frappés de droits de douane.

Si la Chine venait à augmenter à nouveau ses droits de douane en réponse à la dernière initiative des Etats-Unis, 'nous répondrons à cet acte en envisageant de droits de douane supplémentaires sur 200 autres milliards de dollars de marchandises', a déclaré Donald Trump. Car dans la foulée des mesures américaines, la Chine avait annoncé qu'elle imposerait des taxes à l'identique sur des marchandises américaines.

"Cette escalade dangereuse est l'ultime rappel que le Congrès doit intervenir et exercer son autorité sur la politique commerciale", a fustigé dans un communiqué la National Retail Federation, un lobby de la distribution.

En Chine, "la partie chinoise s'oppose fermement à cela", s'est insurgé le ministère chinois du Commerce, assurant n'avoir d'autre choix que de répliquer en appliquant des taxes d'une "ampleur et d'une intensité similaires" sur les produits américains importés.

Il souligne que sa décision a été prise en représailles à la décision de la Chine de taxer 50 milliards de dollars de marchandises américaines.

Cette visite non annoncée à l'avance survient alors que Pékin est engagé dans une vive escalade avec le même Donald Trump à propos du différend commercial sino-américain, escalade qui faisait baisser mardi les places boursières mondiales.

" La Chine n'a pas énormément d'options".

Donald Trump s'illustre une nouvelle fois de plus sur le plan économique et commercial.

Lors d'un point de presse à Singapour aussitôt après son sommet historique le 12 juin avec le leader nord-coréen Kim Jong Un, M. Trump avait annoncé la fin des exercices militaires qu'il avait qualifiés de "provocateurs", sans toutefois préciser quand cette suspension entrerait en vigueur.

Aux Etats-Unis, elle suscite en outre des inquiétudes chez les agriculteurs susceptibles d'être les plus durement touchés par les mesures chinoises.

Les secteurs automobile et aéronautique redoutent eux aussi les conséquences de ce conflit.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL