Pourquoi l'espérance de vie est réduite dans les Hauts-de-France

Evrard Martin
Juin 8, 2018

Les 135 membres de l'Académie nationale de médecine (médecins, biologistes, pharmaciens), chargée de prendre position sur des grands sujets de santé publique, sont dans notre région pour débattre autour de la thématique " Mieux vivre dans les Hauts-de-France ". Sans compter que la densité médicale y est la plus faible de France. Ont signé Fabien Roussel et Alain Bruneel, députés du Nord, Michelle Gréaume et Éric Bocquet, sénateurs du Nord et Dominique Watrin, sénateur du Pas-de-Calais.

Dans le détail, les Hauts-de-France enregistrent 18% de cancers en plus par rapport au reste de la France, selon l'Académie de Médecine, qui pointe également le diabète et l'obésité.

L'espérance de vie dans la région est celle de la France il y a 15 ans: les femmes vivent en moyenne 83,1 ans contre 85 ans dans le reste du pays, les hommes 75,8 ans contre 78,5 ans. Déplorant "la gravité de l'état sanitaire" de la région, les parlementaires demandent des moyens supplémentaires pour les hôpitaux, la lutte contre les déserts médicaux et le développement de la médecine préventive. Fustigeant au passage l'inaction mais aussi la responsabilité de l'Agence régionale de santé dans ce naufrage.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL