Quelle vie 5 ans après le diagnostic — Cancer

Evrard Martin
Juin 23, 2018

Objectif de l'étude, dont une première édition - réalisée en 2012 et publiée en 2014 - portait sur la vie deux ans après la découverte de la maladie: mieux connaître les conditions de vie des quelque trois millions de Français qui vivent avec un cancer ou en ont guéri. La maladie est diagnostiquée de plus en plus tôt et la prise en charge s'est améliorée ce qui a permis de faire reculer la mortalité, comme le souligne l'Inca dans un communiqué publié le 20 juin. Qu'est-ce qui a changé? " Ces personnes sont sorties de la phase de traitement, mais ont encore besoin de soins ", relève Patrick Peretti-Watel, directeur de recherche à l'Inserm et coresponsable scientifique de l'étude. Ainsi 44% des malades interrogés ont rapporté une dégradation de leur état physique. Et ce sont le cancer du poumon et le cancer du sein qui ont les répercussions les plus négatives.

Le cancer a également des répercussions financières.

La fatigue est particulièrement prononcée chez les femmes (56,5% contre 35,7% d'hommes), les personnes jeunes (58,4% des 41-50 ans et 61% des 18-40 ans, âge au diagnostic), et celles en situation de précarité. 63,5 % des personnes souffrent de séquelles dues au cancer ou aux traitements.

Cependant, les personnes qui travaillent sont satisfaites de l'aménagement de leur temps de travail dans plus de 62 % des cas. Cinq ans après un diagnostic de cancer, 34,3% des personnes déclarent ne pas avoir modifié leur pratique d'activité physique, 53% déclarent en faire moins ou avoir cessé complètement tandis que 12,7% affirment en pratiquer davantage.

Près de 57 % des personnes ayant eu un diagnostic de cancer ont un suivi spécifique en médecine générale, mais 33 % disent en avoir aucun.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL