Trois économistes fidèles d'Emmanuel Macron appellent le président à un rééquilibrage social

Xavier Trudeau
Juin 10, 2018

Ils avaient inspiré le programme présidentiel d'Emmanuel Macron, mais prennent aujourd'hui leurs distances.

Pour Philippe Aghion, professeur au Collège de France, Philippe Martin, qui préside depuis janvier le Conseil d'analyse économique (CAE), une organisation placée auprès du Premier ministre et Jean Pisani-Ferry, proche conseiller d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, "le risque est que l'ambition transformatrice initiale soit rabattue sur un programme classique de réformes structurelles favorables aux plus aisés". Une critique qui revient également ces dernières semaines chez certains parlementaires d'En Marche.

Lire aussi: Edouard Philippe trop techno ou trop à droite?

D'une manière générale, il est reproché à Emmanuel Macron "l'image d'un pouvoir indifférent à la question sociale".

" Le thème de la lutte contre les inégalités d'accès, qui était constitutif de l'identité politique du candidat, est occulté ", remarquent Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, qui formulent une crainte de répercussions politiques: " Beaucoup des soutiens du candidat expriment la crainte d'un recentrage à droite motivé par la tentation d'occuper le terrain politique laissé en friche par un parti Les Républicains en crise. Par ailleurs, s'ils reconnaissent que des choses ont été faites depuis l'arrivée de leur protégé à l'Elysée, citant notamment le dédoublement des classes en CP dans les quartiers défavorisés, ils regrettent le recul observé sur d'autres dossiers comme celui de l'ouverture des droits au chômage à tous les salariés démissionnaires et aux indépendants.

Ils encouragent aussi le président à taxer plus lourdement les "très grosses successions", car "les enfants des innovateurs sont souvent des rentiers".

Trois économistes ayant contribué à la rédaction du volet économique du programme présidentiel d'Emmanuel Macron appellent le chef de l'Etat à "se saisir du débat sur les inégalités" afin de "restaurer la lisibilité (de son) projet", dans une note confidentielle révélée samedi par Le Monde. "Elle a été lue avec attention mais elle ne présage en rien la politique du gouvernement" a assuré leur interlocuteur. En effet, fin mai dans le magazine Alternatives économiques, Philippe Aghion estimait que "le compte n'y est pas" et qu'Emmanuel Macron était "à la croisée des chemins".

En début d'année, Jean Pisany-Ferry avait, lui, signé une tribune intitulée "M. Macron, votre politique contredit l'humanisme que vous prônez!" pour protester contre la politique migratoire du gouvernement, alors que le Président se rendait à Calais.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL