Trump et Kim à Singapour pour un sommet historique à rebondissement!

Claudine Rigal
Juin 10, 2018

Le président américain, 71 ans, a été accueilli à sa descente d'avion par le ministre singapourien des Affaires étrangères Vivian Balakrishnan, comme le dirigeant nord-coréen, de plus de trente ans son cadet, quelques heures auparavant.

Dans sa luxueuse suite de l'hôtel St Regis, au cœur de Singapour, Kim Jong-un prépare son tête-à-tête nucléaire avec Donald Trump.

Kim Jong-un a prévu de quitter Singapour mardi à 14h00 heure locale (06h00 GMT), soit cinq heures après l'heure prévue du début de son sommet avec Donald Trump, a-t-on appris dimanche auprès d'une source associée à son déplacement dans la ville-État.

On en sait davantage sur les motifs qui ont poussé Donald Trump à saborder d'un tweet le texte de compromis du G7 auquel il avait pourtant donné son accord. Le comportement du président américain au G7 au Canada, où il a - à la stupeur générale - torpillé d'un tweet rageur l'accord final avec ses alliés, renforce les interrogations sur sa stratégie diplomatique et sa capacité à mener de négociations internationales de haut-vol, a fortiori avec un ennemi de longue date. La détente amorcée en janvier fascine en effet les Nord-Coréens.

Une rencontre inimaginable il y a encore quelques mois lorsque la logique de la surenchère verbale et l'invective a dominé les rapports entre les deux dirigeants faisant planer une guerre nucléaire imminente entre les deux pays. Pyongyang s'est déclaré favorable à une dénucléarisation de la péninsule, mais cette formule très vague laisse la place à d'innombrables interprétations.

Trump et Kim affûtent leur stratégie - Monde
Trump et Kim à Singapour pour un sommet historique à rebondissement!

Jeudi, il avait même évoqué une possible invitation du leader nord-coréen à la Maison Blanche si le premier contact se passait bien.

Kim Jong Un à la Maison blanche?

"Les gens parlent d'un sommet historique (.) Mais il est important de garder à l'esprit que ce sommet était possible pour tout président américain qui aurait souhaité le faire et qu'aucun ne l'a souhaité, pour de bonnes raisons", souligne Christopher Hill, ancien négociateur américain sur le dossier.

La décision de Donald Trump a provoqué une série de réactions très négatives chez ses partenaires.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL