Trump explique sa décision sur le communiqué final du G7

Claudine Rigal
Juin 10, 2018

Mais pendant ce sommet, Donald Trump a affirmé que, selon lui, le G7 pourrait bien s'engager à "contrôler les ambitions nucléaires de l'Iran". Le président américain a d'ailleurs multiplié les provocations: il est arrivé le dernier et reparti le premier, a séché une réunion sur le climat, et est arrivé en retard à celle sur l'égalité entre les sexes.

Un tel retrait d'un pays membre, après l'annonce d'un communiqué final, constitue une première dans l'histoire du G7.

Une avancée majeure sur les questions commerciales lors du sommet parait cependant peu probable, les alliés des Etats-Unis souhaitant éviter une rupture au sein du G7 qui a privilégié le consensus en 42 ans d'existence.

Les manifestants ont dit craindre que M. Trump n'en ait que pour la sécurité du continent américain, sans se soucier de la souffrance des Nord-Coréens. "Je ne sais pas si ça marchera, mais je l'ai proposé".

À peine arrivé au Canada, nouvelle pique de Donald Trump. "Je suis convaincu que l'Europe tiendra son unité et la tiendra dans la durée sur ces sujets", a pourtant affirmé Emmanuel Macron, promettant un front commun, y compris avec le Japon. Ce communiqué fustige le "protectionnisme" et s'engage entre autre à "moderniser" l'Organisation mondiale du commerce.

Le communiqué diffusé vers 19h samedi par le bureau du G7 présente 28 engagements des pays signataires, "guidés par nos valeurs communes de liberté, de démocratie, de primauté du droit et de respect des droits de la personne et par notre engagement à promouvoir un ordre international fondé sur des règles".

Louant la qualité de ses relations avec ses partenaires, Donald Trump a nié que le sommet de La Malbaie se soit déroulé dans une atmosphère conflictuelle.

"Les Etats-Unis ont été exploités pendant des décennies, on ne peut pas continuer ainsi", a dit le président américain. Ce long texte, habituellement, reprends une longue liste des points sur lesquels les dirigeants des sept plus grandes économies de la planète ont exprimé leur accord.

Le président américain s'en est pris directement à un Justin Trudeau "tellement indigné", lui rappelant les "près de 300%" de taxes imposés par le Canada sur le lait, "tuant notre agriculture". Donald Trump atterrira vers 20 h heure locale à Singapour dimanche (12 h GMT), pour un autre sommet, avec Kim Jong Un, et pour lequel il s'est dit " vraiment confiant ".

"C'est une occasion unique", qui "ne se représentera jamais", a dit le président américain. Le président américain Donald Trump avait notamment appelé ses six homologues à envisager la réintégration de la Russie, qui avait été exclue en 2014 du G8 après son annexion de la Crimée. Ce dialogue doit commencer à s'établir dès les deux prochaines semaines, au niveau technique ou politique, a-t-il ajouté, mais cette décision ne présage pas d'un accord sur la question du commerce à l'issue du sommet du G7.

Le nouveau président du Conseil italien, Giuseppe Conte a quant à lui déclaré que l'Italie ne cherchait pas à obtenir "du jour au lendemain" une levée des sanctions contre la Russie.

Les leaders mondiaux participent à la photo de famille du G7 à La Malbaie, au Québec, le 9 juin 2018.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL