Une femme blesse deux personnes au cutter en criant "Allah akbar" — Var

Claudine Rigal
Juin 17, 2018

Une femme a été placée en garde à vue dimanche à la Seyne-sur-mer (Var) après avoir blessé deux personnes au cutter à la caisse d'un supermarché en criant " Allah Akbar!

"Plusieurs témoins rapportent qu'elle a dit que c'était Allah qui lui demandait de faire ça, qu'ils étaient tous des mécréants, et qu'elle voulait que la police la tue", a indiqué Bernard Marchal, procureur de Toulon, à l'AFP dimanche soir. Une caissière a également été touchée près d'un oeil, elle est blessée plus légèrement.

"Chez elle on n'a trouvé qu'un vieux Coran et un drapeau algérien, et l'ordinateur a été saisi", a informé le procureur de la République.

Selon cette même source, la jeune femme, une cliente habituelle du magasin, serait connue de la direction du Leclerc pour "invectiver régulièrement ses employés pour des motifs insignifiants", et l'agression de dimanche pourrait résulter d'une altercation avec un client.

La jeune femme serait titulaire d'une carte d'adulte handicapé physique à 80% en raison de problèmes à la hanche.

Toujours selon nos informations, l'auteure, une jeune femme née en 1994, est inconnue du renseignement territorial, mais connue des services de police pour des violences.

"C'est apparemment le fait isolé d'une personne avec des troubles psychiatriques avérés", a commenté M. Marchal, précisant:"pour autant ça n'exclut pas qu'elle soit radicalisée". Elle va devoir se soumettre à des expertises psychiatriques. Ses victimes sont un client et une employée du magasin. Elle a crié "Allahou akbar" avant d'être maîtrisée, rapporte Nice Matin. Une perquisition du domicile de la femme était en cours dimanche après-midi, notamment pour évaluer si "elle entretient ou non les liens avec Daech", (acronyme arabe pour le groupe djihadiste, Etat islamique), selon le procureur.

La PJ de Toulon a été saisie pour déterminer les circonstances et le contexte de cette agression.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL