Vers l’essoufflement de la grève — SNCF

Xavier Trudeau
Juin 20, 2018

Les deux syndicats ont l'intention de poursuivre le mouvement. Depuis quelques jours, les quatre représentants des organisations (CGT, Unsa, SUD, CFDT) se déchiraient, s'accusant les uns après les autres de trahison.

La grève unitaire arrivera donc à son terme à la fin du mois et c'est un miracle qu'elle ait tenu aussi longtemps.

La position du quatrième syndicat, la CFDT Cheminots, n'était pas encore connue.

Le premier syndicat de la SNCF réunit, mercredi, sa commission exécutive.

"Il reste une séance de négociation avec la SNCF sur le pacte ferroviaire d'entreprise, la CFDT profitera de la mobilisation jusqu'au 28 pour faire pression sur la SNCF et en fonction des résultats déterminera la suite du mouvement en toute autonomie", a indiqué son secrétaire général Didier Aubert à l'AFP. Alors, les Français doivent-ils s'attendre à un été de galère dans les gares?

Le syndicaliste a notamment évoqué une éventuelle journée de mobilisation le 11 juillet, en marge d'un réunion du comité central "sur un nouveau plan fret qui purgerait l'activité de la moitié de ses effectifs et écrémerait les trafics". Si le projet de loi a été définitivement adopté par le Parlement, il faut continuer de peser sur le contenu des ordonnances qui vont permettre au gouvernement de réformer la SNCF, estime M. Brun.

Sur le terrain, de nombreuses manifestations étaient encore organisées ces derniers jours à Paris et en régions, mais la mobilisation des cheminots s'est étiolée au fil des épisodes de grève, même si elle reste forte chez les conducteurs.

Elisabeth Borne confie son "bon espoir qu'on aboutisse à un accord" avec la CFDT et l'UNSA "d'ici à fin 2019" car ces deux syndicats "ont obtenu du patronat des garanties en matière de protection sociale, de facilités de circulation ou de prise en compte de l'ancienneté dans le calcul des rémunérations". On n'est pas étonné qu'il y ait un affaiblissement sur une mobilisation intensive. "Néanmoins, cela reste le plus grand conflit de l'histoire de la SNCF, et en face, nous avons un gouvernement qui reste particulièrement violent et intransigeant", s'est-il félicité. De son côté, SUD-Rail a proposé "d'arrêter le calendrier" par épisode, "auquel les cheminots ne trouvent plus de sens et de cibler des dates de grève qui permettraient de redynamiser le mouvement", a expliqué son porte-parole et secrétaire fédéral, Erik Meyer.

L'Unsa rapportait lundi que la CGT envisageait de prolonger la grève les 2, 6 et 7 juillet prochains, des dates que le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'est refusé mardi à confirmer dans le détail.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL