2 millions d'euros retenus au RN — Assistants d'eurodéputés

Claudine Rigal
Juillet 9, 2018

Député européen et secrétaire général du Rassemblement national (ex-FN), Nicolas Bay a été mis en examen le 8 juin pour "abus de confiance".

Le Rassemblement national (ex-FN) devait recevoir lundi, comme d'autres partis politiques, une avance de la moitié de l'aide publique qui fait suite aux résultats des législatives de 2017.Mais ce ne sera pas le cas.

Mais comme l'appel n'est pas suspensif, "dès lundi [9 juillet], le RN ne pourra plus mettre en œuvre aucune activité politique [et il sera] mort à la fin du mois d'août", selon Marine Le Pen, qui donnera une conférence de presse à ce sujet le 9 juillet. "Cela est d'autant plus choquant que les faits sont formellement contestés". " Les juges nous condamnent à la peine de mort à titre conservatoire " pour " une affaire dans laquelle on n'a pas été jugés et a fortiori pas condamnés ", ajoute le trésorier au Monde. Le FN en tant que personne morale et neuf assistants ou eurodéputés, dont Marine Le Pen, sont poursuivis. L'aide publique au RN représente au total environ 4,5 millions d'euros, selon le parti.

Le parti de Marine Le Pen risque la cessation de paiement et crie à l'"assassinat politique".

Dix personnes ou entités sont mises en examen à ce jour dans cette affaire des assistants présumés fictifs d'eurodéputés.

"Deux juges ont décidé (.) d'assassiner le 1er parti d'opposition de France". Sans aucune décision de justice.

De son côté Mme Le Pen a souligné que, "si jamais il n'y a pas une chambre d'instruction qui se réunit en urgence, et qui constate qu'il y a eu une violation de la loi par des juges et une violation de la Constitution, alors fin août il n'y a plus de Rassemblement national", une "nouvelle terrifiante pour notre pays mais qui va dépasser les frontières".

Ce scandale inédit appelle un réveil massif des Français! Un scandale démocratique gravissime. Contrairement à ce qu'indique Marine Le Pen dans une lettre ouverte, les deux millions d'euros prélevées par la justice n'excèdent pas "très largement (.) les amendes encourues et les préjudices prétendus", puisque le Parlement européen estime son manque à gagner à sept millions d'euros après cette fraude présumée.

Le parti aurait rémunéré des permanents du RN avec les fonds européens réservés à l'embauche d'assistants parlementaires, entre 2005 et 2015.

Selon l'AFP, les investigations ont mis au jour des courriels et des tableaux suggérant que les contrats d'assistant étaient ventilés selon les crédits disponibles sur les enveloppes des élus, sans nécessairement demander l'accord de ces derniers.

Marine Le Pen est notamment soupçonnée d'avoir "donné des instructions" afin que des eurodéputés engagent comme assistants des personnes "occupant en réalité des emplois" au FN, selon les termes de sa mise en examen intervenue le 30 juin 2017, d'après une source proche du dossier.

Mais pour la dirigeante du RN, il s'agit d'un "dossier vide" où les personnes mises en cause "ont toujours contesté les faits".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL