500 œufs de flamants roses perdus à cause d'un tournage en Camargue

Pierre Vaugeois
Juillet 3, 2018

Au début du mois de juin, un des membres de l'équipe du prochain film de Nicolas Vanier, " Donne-moi des ailes", qui se trouvait en Camargue, a survolé en ULM " la seule colonie de Flamants roses de France en pleine période de couvaison ", qui s'était établie dans un lieu reculé pour couver ses œufs, écrit FNE dans un communiqué mis en ligne le 29 juin.

Pendant plusieurs semaines, le réalisateur Nicolas Vanier a tourné son nouveau long-métrage, retraçant la vie de Christian Moullec, un célèbre dresseur d'oies sauvages, en Camargue, dans le Gard. Mais, selon l'association France Nature Environnement Languedoc-Roussillon, cela n'a pas été sans perturber la faune locale.

C'est en petite Camargue que les œufs ont été perdus en juin dernier, lors du tournage du cinéaste Nicolas Vanier. Le survol à basse altitude ayant créé une panique chez les oiseaux de cette espèce protégée dans tout le pays. "Cinq cent couples sur les 4.500 que comprend la colonie ont abandonné définitivement leur œuf", ajoute-t-elle.

"La présence de cette espèce emblématique (.) exigeait les plus grandes précautions", a pointé l'association, qui a porté plainte pour perturbation intentionnelle et destruction d'oeuf d'espèce protégée. Et bien, selon les propos du principal intéressé, tenus à l'AFP et révélés par Le Figaro, la faute revient au pilote de l'ULM qui travaillait pour un prestataire extérieur à sa société de production. "Un plan de vol avait pourtant été remis à ce pilote indiquant précisément les zones à éviter. Ils ont été jouer à faire s'envoler des oiseaux, j'ai été scandalisé", a regretté le cinéaste, qui estime ne pas pouvoir être "tenu pour responsable". L'explorateur propose donc de "réparer ce qui peut l'être", en faisant de son film un outil pédagogique, en intégrant des associations à la présentation du film dans la région ou encore en parrainant une population de flamants roses.

Le cinéaste promet également de se faire "le porte-parole des problématiques dont souffrent les oiseaux migrateurs".

Nicolas Vanier avait déjà été visé par une polémique en 2014, lorsque l'État avait ordonné l'évacuation de tous les chiens de son domaine dédié aux activités nature dans la Drôme, après une mise en demeure sur les conditions d'hygiène et de sécurité.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL