Affaire Benalla en France : ça se complique pour Macron

Pierre Vaugeois
Juillet 22, 2018

Le gouvernement a décidé de suspendre ce dimanche 22 juillet l'examen de la révision constitutionnelle jusqu'à nouvel ordre, a annoncé la garde des Sceaux Nicole Belloubet, alors que l'Assemblée est paralysée depuis plusieurs jours par l'affaire Benalla.

Le séisme de l'affaire Benalla n'a pas fini de provoquer des répliques, jusqu'au sommet de l'Etat: le ministre de l'Intérieur sera auditionné lundi à l'Assemblée, tandis que l'ex-collaborateur de l'Elysée, un employé de LREM et trois haut gradés de la police doivent être présentés dimanche à un juge d'instruction.

La garde à vue d'Alexandre Benalla avait commencé dans la matinée du vendredi 20 juillet.

Tous les cinq ont été placés sous contrôlé judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet. Alexandre Benalla doit être entendu en dernier par le magistrat. Ce proche d'Emmanuel Macron, en charge de sa sécurité, a été mis en cause dans des vidéos révélées mercredi pour avoir frappé des manifestants pendant la Fête du travail, arborant des insignes de police, alors qu'il était présent en tant que simple observateur auprès des forces de l'ordre.

S'il a été discrètement mis à pied en mai après ces événements, la justice n'avait pas été saisie et l'Élysée n'a annoncé son licenciement que vendredi.

Mais selon le porte-parole des députés LREM Gilles Le Gendre, "le président de la République n'a pas à se prononcer, il n'est pas le responsable des enquêtes en cours".

Trois policiers, déjà suspendus pour avoir transmis des images de vidéo-surveillance à M.Benalla, ont également été mis en examen, pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "violation du secret professionnel". Le désormais ex-chargé de mission à l'Élysée est toujours en garde à vue. "Alexandre Benalla y est présenté comme un personnage extrêmement ambitieux, d'abord " discret", " fluet et mince", devenu un " grand et solide gaillard " parfois " bagarreur", en s'efforçant de " lever de la fonte comme un damné " et en jouant au rugby.

En plus de l'enquête préliminaire de la justice, ouverte jeudi à l'initiative du parquet de Paris, une autre, administrative, a été lancée par la "police des polices", l'IGPN.

Dans une atmosphère tendue, les oppositions réclamaient la venue du Premier ministre Édouard Philippe ou "au moins" du secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner.

Comment Alexandre Benalla a-t-il justifié sa présence à la manifestation du 1er mai, place de la Contrescarpe, dans le 5ème arrondissement?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL