" Ant-Man et la Guêpe " : ce n’est pas la taille qui compte

Pierre Vaugeois
Juillet 21, 2018

Le film s'appelle Ant-Man et la Guêpe car c'est l'histoire d'une collaboration.

Eh bien, si les spectateurs se dirigent dans les salles obscures dans l'espoir de voir la situation issue d'Infinity War être développée, ils risquent de sortir déçus de la séance car ce n'est clairement pas là le propos de ce film.

Ant-Man et la Guêpe fait mouche et propose un spectacle un peu différent des autres films Marvel, en mettant de côté la partie "Sauver et défendre le Monde " mais s'inscrit parfaitement dans l'Univers et introduit de nouveaux personnages et forces. Une expérience qu'il a semble-t-il apprécié, même si cela implique selon lui une plus grande vulnérabilité et une plus grande dépendance vis-à-vis du réalisateur en tant qu'acteur, puisque c'est du coup Reed qui devait lui décrire à chaque plan ce qu'il était censé voir. Pour en être sûr, il faudra maintenant attendre avril 2019 à moins que quelques réponses nous parviennent avec l'incontournable Captain Marvel, premier film du MCU consacré à une super-héroïne, dès mars prochain. En dehors de ses spectaculaires scènes de combat et de course-poursuite, une autre prouesse de cette suite est de nous présenter un Michael Douglas au visage rajeuni pour les scènes de flash-back. Seul bémol, l'actrice Hannah John-Kamen, merveilleuse dans Black Mirror mais qui plombe ici souvent son personnage à force de surjeu.

Paul Rudd alias Scott Lang © Marvel Studios.

Pouvez-vous enfin nous parler de la connexion d'"Ant-Man et la Guêpe" avec la saga "Avengers"? Mais on savait que tout le monde aurait Infinity War dans un coin de sa tête et qu'il fallait cette scène pour rappeler les conséquences du geste de Thanos. On ne pouvait pas surpasser Infinity War. "Le film n'avait encore jamais été montré". Mais j'étais au courant de ce qui allait se passer. Le tout donne un film léger, agréable et surprenant comme le premier opus, qui parvient subtilement à se raccrocher au MCU dans sa scène post-générique, tout en restant compréhensible indépendamment de celui-ci. Alors que la moitié de la population a été réduite en cendres, on retrouve la fameuse fourmi géante qui a remplacé Scott Lang chez lui en train de jouer de la batterie! Questions auxquelles Michael Douglas (dont la femme, Catherine Zeta-Jones, parle couramment notre langue) et Evangeline Lilly (Canadienne anglo-saxonne) ont répondu en français pour le plus grand plaisir du public. Dommage que cette fin ait été montrée dans une des bandes-annonces.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL