Après 9 jours, les enfants "sains et saufs" — Thaïlande

Pierre Vaugeois
Juillet 2, 2018

Ils s'étaient retrouvés piégés par une brusque montée des eaux déclenchée par les fortes pluies de mousson. Des secouristes resteront dans l'intervalle dans la grotte avec eux, le temps qu'ils soient assez en forme pour parcourir les plus de trois kilomètres les séparant de la sortie, en partie inondés.

"Nous allons leur apporter de la nourriture, mais nous ne sommes pas sûr qu'ils puissent se nourrir vu qu'ils n'ont pas mangé depuis longtemps", a déclaré le gouverneur, avant d'ajouter qu'un médcin serait également envoyé.

Un médecin doit se rendre sur place, en plongeant, pour évaluer leur condition physique.

Les conditions météorologiques se sont toutefois améliorées et les secours ont réussi à installer une base opérationnelle avancée dans les méandres de la cavité, l'une des plus grandes de Thaïlande avec un réseau de plus de dix kilomètres. L'espoir était donc de mise lundi, que ce soit dans les directs télévisés ou dans la cour de l'école de Mae Sai Prasitsart, dans le nord de la Thaïlande, où sont scolarisés six des douze enfants. "J'espère que nous aurons de bonnes nouvelles" sous peu, a ajouté Jakkrit Muenghong, un des professeurs de Prajak.

Cela faisait neuf jours qu'ils étaient coincés là.

"Laissez-le revenir et jouer au football avec nous, il me manque", a imploré parmi les 200 enfants réunis pour l'occasion Tilek Jana, dont l'ami Prajak est parmi les disparus.

Un chanteur célèbre en Thaïlande, Kong Huayrai, a même écrit une chanson en leur hommage: "Nous ne savons pas qui vous êtes, à quoi vous ressemblez, mais où êtes-vous?"

La fin de plus d'une semaine d'angoisse. "Avez-vous froid et faim?" "Le tunnel est rempli de boue, les plongeurs doivent l'évacuer", assurait lundi matin le gouverneur Narongsak Osottanakorn. Des équipes de spécialistes étrangers venus d'Australie, de Grande-Bretagne, du Japon, de Chine, ainsi qu'une trentaine de soldats américains, ont prêté main forte au millier de secouristes thaïlandais mobilisés.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL