Côte d'Ivoire/ Inter/ Donald Trump nomme Brett Kavanaugh à la Cour suprême

Claudine Rigal
Juillet 12, 2018

Trois magistrats semblaient tenir la corde dimanche: Brett Kavanaugh, un ancien conseiller de George W. Bush; Amy Coney Barrett, une juge connue pour ses valeurs religieuses traditionalistes; et Raymond Kethledge, un farouche défenseur d'une interprétation littérale de la Constitution. Puisque cette cour constitue la plus haute juridiction concernant les droits fondamentaux, cette nomination fait de lui un acteur majeur de la vie sociétale américaine. " Un juriste brillant " " C'est un juriste brillant aux écrits clairs et ciselés, considéré partout comme l'un des esprits juridiques les plus fins et les plus vifs de notre époque ", a ajouté le président, qui s'est exprimé à 21 h, heure de grande écoute pour les chaînes télévisées. Jusqu'à présent, le juge Anthony Kennedy avait arbitré la Cour en se rangeant tantôt du côté des démocrates tantôt du côté des républicains et s'était montré favorable au droit à l'avortement.

"Il y a trente ans, le président Reagan a nommé Anthony Kennedy à la Cour suprême". Début 2017, le Président avait déjà promu un juge conservateur, Neil Gorsuch. De quoi l'emporter sur des sujets comme le port des armes à feu, l'immigration, le plafonnement des financements électoraux, ou encore la restriction du droit à l'avortement.

La nomination de Brett Kavanaugh n'est qu'une première étape dans le tournant que le président opposé à l'avortement entend faire prendre à l'institution judiciaire suprême des États-Unis.

" A part bien sûr la guerre et la paix, la décision la plus importante est la sélection d'un juge de la Cour suprême", insiste le président, qui a choisi exprès des magistrats relativement jeunes: 53 ans pour M. Kavanaugh, 46 ans pour Mme. Cette année, il s'est prononcé contre l'autorisation donnée à une adolescente, entrée clandestinement aux Etats-Unis, de se faire avorter.

M. Trump a rejeté l'idée d'une politisation de la Cour suprême, une critique renforcée depuis que la haute cour a désigné George W. Bush au détriment d'Al Gore lors de l'imbroglio de la présidentielle de 2000. Ce dernier point est le plus redouté de tous par des démocrates relégués au rang de spectateurs atterrés.

Le Sénat, à courte majorité républicaine, doit désormais approuver le choix de Trump. Chuck Schumer, le leader des sénateurs démocrates, appelle à faire un barrage contre sa nomination. A l'approche des élections de mi-mandat de novembre, ces derniers sont en effet sur des sièges éjectables et pourraient confirmer Kavanaugh, non pas par conviction, mais pour contenter leur électorat centriste.

En 2016, les Républicains avaient réussi à annuler la nomination du juge Merrick B. Garland, par Barack Obama.

Le portrait du nouveau juge favori de Trump ne serait pas complet sans mentionner son soutien sans faille au droit de posséder des armes, son soutien à la peine de mort, sa défense inconditionnelle du pouvoir exécutif du président, notamment contre les procédures d'impeachment, et ses avis favorables à la déréglementation que les grandes entreprises voient d'un bon œil. Depuis, les Démocrates restent amers.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL