Ce que l'on sait de l'attentat déjoué contre l'opposition iranienne — Villepinte

Claudine Rigal
Juillet 2, 2018

Le couple a été intercepté à bord de son véhicule par les unités spéciales de la police de Woluwe-Saint-Pierre, en banlieue de Bruxelles, indique encore le parquet fédéral belge dans son communiqué.

L'attentat terroriste a pu être déjoué grâce à une collaboration entre la sûreté de l'Etat belge et les autorités judiciaires françaises et allemandes.

Parallèlement, en France, trois personnes ont été placées en garde à vue, sans que leur profil ou le motif de leur garde à vue n'aient pour l'heure été révélées. Le congrès qui se tenait à Villepinte ce samedi a rassemblé quelque 25.000 personnes, parmi lesquelles de nombreuses personnalités politiques, à l'instar de Bernard Kouchner, d'Ingrid Bétencourt, du ministre canadien des affaires étrangères ou des proches de Donald Trump. Les deux personnes interpellées, âgées de 38 et 33 ans, ont été "inculpées de tentative d'assassinat terroriste et de préparation d'une infraction terroriste".

Un contact du couple, Assadollah A., né le 22 décembre 1971, a également été interpellé en Allemagne.

L'annonce est tombée le jour de l'arrivée en Suisse du président iranien Hassan Rohani pour un déplacement jugé d'une "importance capitale" à Téhéran pour la coopération entre la République islamique et l'Europe après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien. Dans leur voiture, du matériel pour fabriquer une bombe a été retrouvé, et notamment 500g d'explosif TATP et un détonateur.

Deux Belges d'origine iranienne ont été arrêtés lundi dans le cadre de l'enquête sur un projet d'attentat contre une conférence des Moudjahidines du peuple iranien, organisée samedi au Parc des expositions de Villepinte, en Seine-Saint-Denis.

Mais selon le parquet fédéral belge, "à ce stade de l'enquête, il n'y a eu à aucun moment une menace directe contre la Belgique". Il précise que "l'OCAM maintient le niveau de la menace pour notre pays".

Le parquet fédéral devrait donner plus de détails dans la journée.

Les autorités belges ont déjoué un projet d'attentat à la bombe contre un rassemblement de l'opposition iranienne samedi près de Paris.

Les Moudjahidines du peuple iranien, réunis sous le nom de Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), ont commenté ces informations dans un communiqué rendu public lundi. Selon la même source, il s'agit d'un parti "d'opposition, fondé en 1965 et qui a été interdit par le gouvernement iranien en 1981".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL