Comment le gouvernement veut verdir la mobilité des Français — Pollution

Xavier Trudeau
Juillet 22, 2018

De plus, " les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports n'ont pas baissé en 2017", a récemment rappelé la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Une large responsabilité sera laissée aux collectivités.

La ministre des transports Elisabeth Borne et le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot présente ce vendredi plusieurs mesures pour lutter contre les comportements polluants liés aux déplacements.

Aujourd'hui encore, le transport reste la première source d'émissions de gaz à effet de serre en France.

En amont de la future loi d'orientation sur les mobilités (LOM), les ministres Nicolas Hulot et Elisabeth Borne ont dévoilé vendredi de nouvelles mesures visant à favoriser les alternatives à la voiture individuelle et à verdir les transports traditionnels. "Le seul engagement de l'Etat ne suffit pas", a affirmé Elisabeth Borne. L'exécutif veut notamment signer à la rentrée des engagements avec les responsables des 14 zones les plus polluées du pays pour qu'ils créent d'ici 2020 des zones à faibles émissions (ZFE) où la circulation de véhicules polluants sera restreinte.

"Cette mesure s'ajoute au plan d'action déjà soumis par la France à Bruxelles en février dernier afin d'éviter une sanction qui pourrait intervenir d'ici à 2019". "Ce n'est pas ça qui doit nous guider", mais "il vaut mieux mettre l'argent là [dans ces mesures, NDR] qu'avoir à payer à terme des amendes", a défendu Nicolas Hulot.

Les collectivités devront définir les contours géographiques de ces ZFE (cœur de centre-ville, périmètre élargi, etc.), ainsi que les catégories de véhicules qui y seront interdits, sur quelle plage horaire et à partir de quand.

- Unrenforcement du dispositif bonus-malus à l'achat d'un véhicule neuf en fonction de ses émissions de CO2 (avec un seuil de déclenchement du malus abaissé de 120 g/km à 117 g/km en 2019, puis il diminuera encore les années suivantes). Si le bonus semble dérisoire (il ne touche qu'1,3% du marché), il aurait tendance à augmenter avec ce durcissement du malus et l'arrivée en force des véhicules électriques et hybrides.

Pour développer le covoiturage, les collectivités qui le souhaitent pourront créer des voies réservées. "Nous allons tout faire pour que les véhicules soient davantage partagés", tout en poursuivant les efforts pour verdir les transports traditionnels, a insisté Mme Borne.

Il faudra en revanche attendre encore un peu les mesures de soutien au vélo. Il sera dévoilé à la rentrée, avant le 15 septembre, indique-t-on au ministère.

"Ça va être un moment qu'on attend avec beaucoup de vigilance", a prévenu Sarah Fayolle.

Rien non plus pour l'instant sur le verdissement du transport ferroviaire, qualifié de " grand absent " par la Fondation pour la nature et l'homme (FNH), alors qu'une mission sur le sujet est en cours, ou sur l'aérien et le maritime, secteurs sur lesquels la France privilégie les discussions au niveau mondial.

Dans un communiqué, le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) a salué "la volonté du gouvernement de donner de la visibilité sur le temps long au consommateur, comme aux différents acteurs de la filière, industrie et services".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL