De nouvelles investigations affaiblissent la version d'une des plaignantes — Affaire Ramadan

Claudine Rigal
Juillet 19, 2018

Mais les enquêtes menées par la brigade criminelle ont mis en doute ce nouveau témoignage, en concluant qu'elle se trouvait alors au mariage de son demi-frère à Rouen, à 130 km au nord-ouest de la capitale française. Mais d'après les documents consultés par Europe 1, elle se trouvait au mariage de son demi-frère, accompagnée de ses enfants.

"Elle a recherché des dates". "Elle a voulu bien faire, elle a cherché des éléments, des indices parce qu'elle n'avait pas de souvenir précis de la date et donc elle a émis des hypothèses, à aucun moment elle a dit que c'était la date de façon ferme et définitive", explique Me Jonas Haddad, l'un des avocats d'Henda Ayari, présent à la confrontation.

Concernant le lieu, les enquêteurs ont sollicité l'hôtel Crowne Plaza, qui a confirmé que l'islamologue avait prévu d'y séjourner entre le 25 et le 27 mai 2012, mais qu'il avait annulé sa réservation le 4 mai. Le théologien suisse, accusé de viol par trois femmes, est en détention provisoire depuis près de six mois.

Cette requête est jugée "hors de propos" par l'avocat d'une des accusatrices, qui souligne la difficulté pour une plaignante de se raconter après des années de silence, et qui rappelle que depuis la mise en cause de Tariq Ramadan, le dossier s'est alourdi de plusieurs témoignages.

Le conseil de Tariq Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, a, lui, indiqué qu'il allait formuler une nouvelle demande de remise en liberté pour son client, au regard des dernières évolutions du dossier.

Elle maintient avoir été victime de viol mais affirme ne plus se souvenir de la date et du lieu. "Reste maintenant la question de la remise en liberté de Tariq Ramadan que je vais déposer bien évidemment dès aujourd'hui", a-t-il déclaré après la confrontation.

Deux autres femmes accusent en France Tariq Ramadan de les avoir violées. Mercredi, il devait également être confronté à celle que l'on surnomme "Christelle", mais celle-ci a affirmé par la voix de son avocat qu'elle ne pouvait pas se rendre à la convocation. Il a cependant reconnu avoir eu une relation extraconjugale avec Mounia Rabbouj, ancienne escort-girl, protagoniste du procès pour proxénétisme de l'hôtel Carlton aux côtés de l'ancien directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn.

En garde à vue, l'islamologue a reconnu avoir rencontré Henda Ayari et Christelle en public, une seule fois chacune, mais a nié tout rapport sexuel.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL