Des syndiqués des succursales de la SAQ en grève en Outaouais

Xavier Trudeau
Juillet 20, 2018

Le comité de négociation du SEMB-SAQ espère que cette première journée de grève fera bouger les choses.

La question des horaires et des heures de travail est au coeur du litige, la SAQ cherchant à avoir davantage d'employés d'expérience les soirs et fins de semaine, alors que le syndicat y voit un recul important des conditions de travail de ses membres.

Le SEMB-SAQ, affilié à la CSN, a annoncé, mercredi matin, utiliser la première des six journées de grève récemment votées en assemblée générale à 91% de majorité.

Les succursales de Sainte-Anne-des-Monts, Percé, Chandler, Paspébiac, Pointe-à-la-Croix et New-Richmond sont notamment demeurées closes depuis ce matin. Dans la région, seul le point de service de la SAQ situé au 235, rue Principale, à Granby est ouvert. À Gaspé, après quelques heures de fermeture cet avant-midi et en début d'après-midi, les clients ont pu entrer de nouveau à l'intérieur de la SAQ vers 14 h; les employés faisant toujours le pied de grue devant les portes pour faire entendre leurs revendications. Cette liste peut toutefois changer à tout moment puisque certains cadres peuvent décider d'ouvrir leur succursale.

La convention collective de ces employés est échue depuis le 31 mars 2017, mais les négociations ont cours depuis 16 mois. Pour l'instant, 70 % des employés de la SAQ sont engagés à temps partiel et doivent travailler la totalité de la fin de semaine.

Cette journée de débrayage à la société d'État survient malgré la tenue de deux séances de négociation entre les représentants syndicaux et patronaux, jeudi et vendredi derniers. "On dirait que l'employeur ne nous prend pas au sérieux, et ce, malgré le vote massif des membres en faveur de la grève".

Celle-ci a rappelé que les grandes priorités des membres de son syndicat demeurent toujours l'amélioration de la conciliation travail-famille-études et la diminution de la précarité d'emploi, alors que la SAQ souhaite, de son côté, qu'il y ait un maximum de salariés disponibles en tout temps, tout en diminuant le nombre d'heures.

Les négociations se poursuivent aujourd'hui entre la partie syndicale et l'employeur.

Il n'est pas spécifié si les six jours de grève seront séparés ou si la grève durera six jours sans arrêt.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL