Enquête ouverte après des violences policières au nouveau tribunal de Paris

Claudine Rigal
Juillet 13, 2018

Le policier mis en cause après la diffusion d'une vidéo le montrant frapper un détenu dans l'enceinte du tribunal de Paris a été suspendu par Gérard Collomb, qui condamne un "comportement violent et inadmissible", a-t-on appris jeudi au ministère de l'Intérieur. Après environ 45 secondes de lutte au corps à corps, le gardien de la paix qui l'escorte l'immobilise au sol et le menotte.

C'est un autre gardien de la paix affecté au Tribunal de Grande Instance de Paris qui a voulu dénoncer l'intervention violente d'un de ses collègues, stagiaire au sein de la Direction de l'Ordre Public et de la Circulation (DOPC) et en poste au "satellite gardé", une salle avec cellules qui jouxte une des salles d'audience du TGI, explique le site internet.

Il le ramène violemment jusque dans sa cellule, avant de lui asséner des coups de pied alors qu'il est au sol et menotté, sous le regard de deux de ses collègues arrivés en renfort et qui éloignent ensuite le policier.

Présentée par le site comme un migrant, la victime est en réalité un individu qui allait être jugé en comparution immédiate pour vol, selon une source proche du dossier citée par l'AFP.

"Par conséquent, il a immédiatement décidé de la suspension, à titre conservatoire, du fonctionnaire en cause, dans l'attente des conclusions des enquêtes judiciaires et administratives", a-t-il ajouté.

L'enquête, menée par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), a été ouverte pour "faux" et "violences par personne dépositaire de l'autorité publique".

Le Parquet de Paris a ouvert une enquête distincte du chef "d'introduction frauduleuse dans un système de traitement automatisé de données", confiée elle aussi à l'IGPN.

Cette seconde enquête concerne le fait d'avoir extrait des images du système de vidéosurveillance et de les avoir diffusées, a précisé une source proche du dossier.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL