Gaza : le Hamas annonce un cessez-le-feu avec Israël

Claudine Rigal
Juillet 22, 2018

Affirmant avoir essuyé des tirs contre ses soldats lors de "violentes émeutes le long de la clôture de sécurité", entre Gaza et Israël, l'armée israélienne a précisé que ses chars et avions avaient riposté en bombardant des "cibles militaires dans toute la bande de Gaza".

Quatre Palestiniens ont été tués ce vendredi par l'armée israélienne qui a mené des bombardements intenses sur Gaza en réponse, selon elle, à des "tirs" contre ses soldats près de la frontière.

Ce regain de violence survient au moment où de nouvelles manifestations ont lieu près du mur de sécurité séparant Israël de Gaza.

Israël s'irrite particulièrement des cerfs-volants et ballons incendiaires lancés par certains protestataires, qui ont mis le feu, selon lui, à plus de 2.600 hectares sur le territoire israélien.

L'envoyé spécial de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov a quant à lui appelé vendredi Israël et le Hamas à "s'éloigner du bord du précipice".

L'ONU a souligné que la bande de Gaza, soumise à un strict blocus israélien, faisait face à une sérieuse pénurie de carburants qui affecte les hôpitaux ainsi que le réseau de distribution et d'assainissement de l'eau, et appelé à la levée des restrictions imposées par Israël.

Le secrétaire général de l'ONU, Antoio Guterres, a exprimé, ce samedi, sa profonde préoccupation au lendemain des bombardements meurtriers menés par les forces de l'occupation à Ghaza, invitant "Israël à la retenue pour éviter d'enflammer la situation". La semaine dernière, à l'issue déjà d'une importante confrontation entre Israël et le Hamas, le mouvement islamiste avait également annoncé un cessez-le-feu conclu avec une médiation égyptienne. "Pas demain. IMMÉDIATEMENT", a écrit Mladenov sur Twitter.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a annoncé dimanche la réouverture mardi du principal terminal pour les marchandises vers la bande de Gaza à condition qu'un calme total règne d'ici là. Au moins 149 personnes ont été tuées par l'armée israélienne et plus de 4.000 blessés par balles depuis cette date.

Deux des Palestiniens ont été tués près de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, par des frappes israéliennes contre un poste d'observation du Hamas, selon des sources sécuritaires et le ministère de la Santé à Gaza.

Un quatrième a été tué par des tirs de soldats israéliens près de la zone frontalière à l'est de la ville de Gaza, selon le ministère de la Santé gazaoui.

Quelques heures après la trêve négociée par les autorités israéliennes et le Hamas, un char israélien a frappé le Hamas en réponse à la violation de la frontière par un groupe de Palestiniens. Pas la semaine prochaine.

Les télévisions israéliennes ont diffusé cette semaine des images de manœuvres de l'armée s'entraînant pour une incursion terrestre dans la bande de Gaza.

Dans une lettre adressée samedi au Conseil, l'ambassadeur israélien auprès de l'ONU, Danny Danon, estime que le "Hamas est le seul responsable de l'escalade" qui a coûté la vie à un soldat israélien lors d'une "attaque non provoquée" par Israël.

Israël a encore renforcé cette semaine le blocus sur la bande de Gaza. "L'un d'entre eux a été grièvement atteint et a succombé ensuite à ses blessures", a déclaré l'armée, justifiant ainsi ses raids raids aériens contre l'enclave palestinienne.

Le ministre a également annoncé que les zones de pêche autorisées au large de Gaza qui avaient été réduites de 6 à 3 milles nautiques, "reviendraient à ce qu'elles étaient auparavant".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL