Israël a évacué 800 Casques blancs syriens et leur famille vers Amman

Claudine Rigal
Juillet 23, 2018

Des centaines de secouristes en zones rebelles ont été évacués de la Syrie vers Israël, puis transférés en Jordanie lors d'une opération secrète menée samedi par une coalition réunissant le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Canada.

L'évacuation intervient alors que le pouvoir de Bachar al-Assad est sur le point, avec l'aide de son allié russe, de reprendre aux rebelles les derniers secteurs qu'ils contrôlent dans le sud syrien -notamment dans la province de Qouneitra qui borde la partie du Golan occupée par Israël.

La Jordanie a ensuite confirmé dimanche avoir accueilli 800 Syriens qui seront transférés en Allemagne, au Canada et en Grande-Bretagne.

Un porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères a confirmé dimanche avoir accueilli 800 Casques blancs syriens " pour des raisons purement humanitaires ".

"Le Canada appuie les Casques blancs sans équivoque". Mais ils sont honnis par le régime et Moscou, qui les accusent d'être liés à des groupes jihadistes ou d'être des marionnettes aux mains de gouvernements étrangers soutenant l'opposition.

Les Casques blancs seront hébergés en Jordanie pendant une période de trois mois avant d'être envoyés au Royaume-Uni, au Canada et en Allemagne, a annoncé l'agence jordanienne Petra News.

Des Casques blancs une organisation de secouristes en zone rebelle recherchent des survivants après des frappes aériennes sur la ville de Douma le 5 octobre 2016 en Syrie
Israël a évacué 800 Casques blancs syriens et leur famille vers Amman

Quelque 650 000 réfugiés syriens ont été enregistrés auprès des Nations unies en Jordanie depuis le déclenchement de la guerre dans leur pays en 2011, mais Amman évalue leur nombre à près de 1,3 million.

À Londres, le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt et la ministre du Développement international Penny Mordaunt ont affirmé que les Casques blancs avaient été "la cible d'attaques". Depuis 2016, Berlin a financé le groupe à hauteur de 12 millions d'euros, selon la même source.

Les membres des Casques blancs, organisation spécialisée notamment dans l'évacuation des personnes sous les décombres de bâtiments détruits par l'armée syrienne ou l'aviation russe, sont menacés d'emprisonnement ou d'exécution de la part du régime, a ajouté l'armée.

L'opération a été un succès pour un premier contingent de 422 personnes - environ 100 Casques blancs et leurs familles - qui est bien arrivé à la frontière, a indiqué une source gouvernementale canadienne.

Ces secouristes insistent sur leur neutralité et leur non-affiliation avec un groupe politique ou armé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL