Jack Guy Lafontant, encore premier ministre d'Haïti

Claudine Rigal
Juillet 15, 2018

Port-au-Prince, samedi 14 juillet 2018 ((rezonodwes.com))- Le mauvais théâtre du premier ministre " démissionnaire " Jack Guy Lafontant à la Chambre des Députés est une véritable gifle assénée au Pouvoir Législatif et une honte pour la nation haïtienne, ont opiné des internautes qui se demandent si le président Jovenel Moise s'est associé à ce plan macabre d'avilissement de l'état haïtien.

"Avant de venir ici, j'ai remis ma démission au président de la République". Vendredi, il assurait pourtant sur Twitter qu'il ne démissionnerait pas, mais Jack Guy Lafontant a finalement annoncé son départ du pouvoir au cours de la séance, échappant ainsi à un vote sanction des députés.

Cette décision fait suite au soulèvement violent - pillages, incendies et meurtres - ayant eu lieu dans le pays, notamment à Port-au-Prince, le weekend du 6 au 8 juillet 2018, déclenché par la décision - très impopulaire - du gouvernement de voir à la hausse les prix des produits pétroliers sur le marché local. "Jovenel doit aussi partir mais pas en exil, non: il va aller directement en prison pour l'argent gaspillé", a ajouté la manifestante vivant dans un des quartiers les plus pauvres de la capitale.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière une réduction des subventions sur les carburants, dont les prix devaient augmenter de 38% pour l'essence et de 47% pour le diesel.

En ce sens, il promet également de mettre les bouchées double afin de désigner des les heures qui viennent un autre premier ministre, et ce dernièr qui aura un profil rassembleur, constituera un gouvernement plus inclusif qui saura répondre aux attentes de la population ainsi qu'aux celles des secteurs rencontrés, a-t-il confié. Médecin de profession, Jack Guy Lafontant, inconnu de la classe politique haïtienne jusqu'à sa nomination en février 2017, est un ami de Jovenel Moïse, au pouvoir depuis le 7 février 2017.

" j'ai reçu ce matin la lettre de démission du docteur Jack Guy Lafontant, je l'ai accepté et j'en profite pour le remercier de s'être mis au service de son pays", a lâché Jovenel Moïse comme pour introduire son message.

"Si ça n'est pas ce qui se passe, alors la violence va reprendre: comment pourrait-on avoir une stabilité politique alors que le peuple a faim et subit l'insécurité?"

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL