La grève des cheminots a coûté 790 millions d'euros — SNCF

Xavier Trudeau
Juillet 22, 2018

Un document interne de la SNCF a chiffré le coût total de la grève des cheminots contre la réforme ferroviaire à 790 millions d'euros, soit plus de 21 millions d'euros pour chacune des 37 journées de grève, entre le 22 mars et le 28 juin. Ce montant, calculé en tenant compte des derniers éléments disponibles, comme la diminution des recettes de péage pour SNCF Réseau, est conforme aux estimations déjà communiquées au printemps par la direction. Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, avait évoqué début avril un coût "de l'ordre de 20 millions d'euros par jour" pour cette grève suivie par les cheminots qui refusaient une réforme ferroviaire voulue par le président Emmanuel Macron, supprimant le statut de cheminot pour les nouveaux embauchés et transformant la SNCF en société anonyme, notamment. Des pertes supérieures au bénéfice de 2017 Selon un document interne consulté par l'AFP, la perte de 790 M€ subie à cause de la grève dépasse le bénéfice net enregistré par le groupe en 2017 (679 M€).

Une perte abyssale: comment qualifier autrement les conséquences financières de la grève perlée des cheminots qui a affecté la SNCF de mars à juin?

Le principal de celle-ci est dû à la perte de chiffre d'affaires, qui s'élève à 770 millions: 600 millions ont été perdus au titre des activités voyageurs, soit le fait que nombre de personnes ont renoncé à prendre le train sur la période. 60 millions supplémentaires sont dus au manque à gagner dans le transport de fret, les entreprises comme les voyageurs ayant préféré se reporter sur d'autres modes de transport. Le reste provient d'une diminution de contributions de la part des autorités organisatrices de transports liées à des baisses de refacturation des péages. Il y a eu aussi des abonnements TGV Max gratuits pour le mois d'avril, des billets à prix réduits, le service de covoiturage IDVroom gratuit les jours de grève. Elle a aussi déboursé 40 millions d'euros pour offrir des alternatives à ses clients comme des bus de substitution.

Maigre consolation toutefois, grève signifie également retenues sur salaires et moindres frais d'exploitation: des économies qui se chiffrent tout de même à 140 millions d'euros: 100 millions de rémunérations qui n'auront pas été versées plus 40 millions d'économies de toutes sortes, notamment d'électricité pour les trains qui n'auront pas roulé.

Interrogée par l'AFP, la SNCF, qui publiera le 27 juillet ses résultats du premier semestre, a confirmé ces chiffres.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL