L'avenir de l'Otan entre les mains de Donald Trump

Claudine Rigal
Juillet 11, 2018

Sept pays européens de l'Otan consacreront 2% de leur PIB à leurs dépenses pour la Défense en 2018, a annoncé mardi le secrétaire général de l'Alliance, un chiffre qui ne devrait pas contenter le président américain Donald Trump à la veille d'un sommet transatlantique. Le président américain s'est envolé mardi vers Bruxelles, où il participera au sommet de l'Otan dans une ambiance quelque peu tendue, avant son premier déplacement au Royaume-Uni puis une rencontre avec Vladimir Poutine en Finlande lundi prochain. Lorsque le président du conseil italien, Paolo Gentiloni, en visite à Washington, le 20 avril 2017, sollicite au cours d'une conférence de presse commune l'aide des Etats-Unis pour stabiliser la Libye, point de départ de nombreux migrants, il se heurte à un refus catégorique de Donald Trump qui le laisse pantois. Vont-ils rembourser les États-Unis? Will they reimburse the U.S.?

"Depuis lundi, il prépare le terrain en enchaînant les messages vindicatifs". Les pays de l'Otan doivent payer PLUS, les États-Unis doivent payer MOINS.

Les 29 membres de l'Otan se sont engagés à consacrer 2% de leur PIB à leurs dépenses pour la Défense en 2024.

"L'Otan forte est avantageuse pour l'UE ainsi que pour les USA", a conclu son secrétaire général.

"Des progrès considérables ont été accomplis, mais le chemin est encore long et il faut redoubler les efforts", a insisté M. Stoltenberg. Donald Trump a rédigé ce tweet à bord de l'avion présidentiel Air Force One alors qu'il se rendait précisément à un sommet de l'Otan à Bruxelles qui se tiendra mercredi et jeudi. "J'espère que vous ne doutez pas qu'il s'agisse d'un investissement dans notre sécurité, ce qui ne peut pas être dit avec la même assurance au sujet des dépenses russes et chinoises", a lâché le dirigeant polonais".

Le président américain Donald Trump a accusé mardi des pays de l'Otan d'être défaillants depuis des années dans leurs dépenses militaires et a suggéré que ces pays "remboursent" aux Etats-Unis des arriérés.

"Après le G7, c'est vrai tout le monde attend de voir ce que va faire Donald Trump" et "la succession du sommet de l'Otan et de la rencontre avec Vladimir Poutine augmente encore cette pression", reconnaît-on à l'Elysée. Et qui est votre problème stratégique?

Peu avant son arrivée, le locataire de la Maison-Blanche avait une nouvelle fois déploré, d'un gazouilli, que de nombreux pays de l'Alliance " ne tiennent pas leurs engagements " en matière de dépenses militaires.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL