Le bilan revu à quatre enfants évacués de la grotte — Thaïlande

Xavier Trudeau
Juillet 8, 2018

Quatre des 13 jeunes coincés dans une grotte en Thaïlande ont d'ores et déjà été secourus, a indiqué dimanche 8 juillet en début d'après-midi le ministère de la Défense thaïlandaise. "C'est le moment propice pour lancer l'opération d'évacuation", a-t-il précisé.

Selon un officier du département de prévention des catastrophes, "la mission d'aujourd'hui (dimanche) était de secourir 6 individus". Selon les informations de franceinfo, deux autres jeunes ont pu être conduits en lieu sûr mais ne sont pas encore sortis de la grotte.

Les quatre enfants à sortir de la grotte ont été évacués par hélicoptère vers un hôpital de la ville de Chiang Rai, à 70 km de la grotte. Le premier enfant libéré des profondeurs a pu être extrait de la grotte dimanche à 17h40 locales (11h40, heure française).

Les "sangliers sauvages", nom de l'équipe de football des enfants, étaient partis explorer la grotte le 23 juin après leur entraînement, pour une raison encore inconnue. Ils s'étaient retrouvés piégés par la montée des eaux dans cette grotte au fin fond du nord de la Thaïlande, à la frontière avec la Birmanie et le Laos.

Les secours ont prévenu que les enfants sortiraient "un par un", et que cela prendrait au total "deux à trois jours".

Les secours s'interrogeaient depuis des jours sur l'opportunité de déclencher une évacuation périlleuse, des pluies de mousson attendues prochainement risquant de ruiner les efforts continus pour drainer l'eau de la grotte. Ils ont finalement opté pour une sortie des enfants en deux groupes. "Les garçons sont prêts à affronter tous les défis", a déclaré Narongsak Osottanakorn, le chef de la cellule de crise, lors d'une conférence de presse organisée à distance du site de la grotte. Gong Hui, un plongeur chinois qui participe à l'opération qui a attiré quelque 130 plongeurs thaïlandais et étrangers, a déclaré à Reuters samedi, avant les nouvelles pluies, que les niveaux d'eau dans la grotte avaient "beaucoup reculé", les pompages ayant permis d'évacuer des millions de litres d'eau, soit l'équivalent de 50 piscines olympiques.

Il faut à des plongeurs aguerris cinq heures pour faire le trajet de retour. "Tous ceux qui ne sont pas impliqués dans l'opération doivent sortir de la zone immédiatement", a annoncé la police par haut-parleur sur le site, où se trouvent des centaines de journalistes.

Le long périple qui attend les enfants comprend près de deux kilomètres de passages étroits et obscurs dont certains ne font que 60 centimètres de large, ainsi que des zones immergées. L'annonce de la police a été suivie par un branle-bas de combat dans le campement monté par les journalistes, avec des caméras partout et des lits de camp pour être aux meilleures places pour filmer l'évacuation des enfants.

Dimanche, nombre de médias se sont précipités devant l'hôpital de Chaing Rai, à une heure de route du site, où les victimes doivent être évacuées.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL