Le parc éolien Khalladi entre en service — Tanger

Xavier Trudeau
Juillet 3, 2018

Le mode de fonctionnement du parc Khalladi dépendra de l'énergie cinétique véhiculée par les vents, ou les aérogénérateurs se chargent de convertir l'énergie éolienne en une énergie mécanique (le vent fait tourner les pales du dispositif), ce qui alimente ensuite un générateur électrique, où elle est convertie en énergie électrique, a-t-il expliqué.

Développé en collaboration avec le fonds d'investissement Arif, le parc éolien, situé à Jbel Sendouq, à 30 km de Tanger, a mobilisé un investissement de 1,7 milliard de dirhams (environ 170 millions de dollars).

La production sera destinée, principalement, aux gros clients industriels, à des tarifs "compétitifs et fixes", avec la possibilité de vendre l'excédent à l'Office National de l'Electricité et de l'Eau Potable (ONEE).

Il dispose d'une capacité totale de 120 MW avec 40 éoliennes. On dit que sa production d'électricité équivaut à la consommation annuelle moyenne d'une ville de 400 000 habitants.

Il est aussi annoncé que le parc éolien Khalladi permettra une réduction annuelle des émissions de CO2 estimée à 144.000 tonnes. Rappelons que le groupe saoudien Acwa Power est le leader incontesté de l'énergie solaire au Maroc est exécuté par huit conglomérats saoudiens, Sanabil Direct Investment Company (détenue par le Fonds d'investissement public de l'Arabie saoudite), l'Agence saoudienne des pensions publiques et la Société financière internationale (SFI - membre du Groupe Banque mondiale).

La mise en place de ces infrastructures entre dans le cadre de la politique énergétique nationale qui prévoit de porter à 52%, la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d'ici 2030. Le projet Khalladi est le premier projet en énergie renouvelable financé par la BERD au Maroc.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL