"L'enthousiasme d'un enfant" — Gianluigi Buffon (PSG)

Solenn Plantier
Juillet 10, 2018

Alors qu'un brouhaha général digne d'une veille de vacances scolaire emplissait l'auditorium du Parc des Princes, il a suffi que le professeur Gianluigi Buffon descende la rampe qui le mène à l'estrade pour que la salle se taise comme un seul homme. Retrouvez les meilleures moments de sa conférence de presse.

C'était une surprise de début mai, très appréciée de ma part. Il faut dire que la nouvelle a de quoi marquer les esprits.

"Ce n'est pas une obsession. Ce serait de la folie". "Personne ne m'a jamais dit que j'étais titulaire a priori", a-t-il affirmé. J'ai toujours gagné le droit d'être titulaire sur le terrain. Le joueur de 40 ans a serré des mains, brandi l'écharpe du PSG, mais aussi, plus surprenant, il a craqué un fumigène et l'a agité devant les fans transis de la capitale, ravis d'accueillir une nouvelle star mondiale après le numéro dix brésilien. Tout le monde essaye d'avoir une place importante dans cet effectif. Je vais essayer de montrer que je suis toujours un grand gardien. Il y a de l'affection entre nous, une empathie très forte. "Jouer dans ces stades est une très belle expérience, j'en suis sûr". "Connaissant son affection et son estime pour moi, je l'ai écouté". C'est toutefois plus dû à la concurrence des clubs étrangers chez les jeunes joueurs qu'à l'empilement de gardiens confirmés correspondants aux désirs des derniers décideurs (Trapp recruté par Létang, Areola installé par Emery et Buffon recruté par la direction sportive actuelle).

On a beau l'avoir là, devant nos yeux, on a toujours du mal à croire que Buffon a bel et bien quitté la Juve et l'Italie. Après 17 ans passés sous les couleurs de la Juventus de Turin, le gardien toscan évoluera à Paris, pour au moins une saison. A Turin j'avais crée une zone de confort. Je n'ai jamais aimé cela. J'ai toujours apprécié la compétition et cherché les défis.

Je pense que ça peut arriver à tout le monde d'avoir des moments difficiles. Ce sont des étapes. Si on arrive à faire face, elles permettent de progresser. Et je pense qu'après cette déception, un champion comme Neymar va arriver à Paris avec une rage et un désir de revanche incroyables. Grâe aux investissements du PSG, le championnat français a un plus grand rayonnement à l'étranger. Et puis il y a des clubs avec une grande tradition, comme Lyon, Saint-Etienne, Marseille, Bordeaux. J'ai franchi les 40 ans et je jouais encore avec l'équipe nationale. Mais je ne veux plus me poser cette question.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL