Monde: Pyongyang cacherait ses activités nucléaires

Claudine Rigal
Juillet 3, 2018

"Selon Sarah Sanders, le chef de la diplomatie américaine doit rencontrer " le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, et son équipe " afin " de poursuivre l'important travail en cours de dénucléarisation de la péninsule coréenne ".

Selon NBC, le régime a augmenté la production d'uranium enrichi ces derniers mois, parallèlement aux contacts ayant abouti à la rencontre historique et chaleureuse entre les deux hommes. Mais le conseiller à la sécurité nationale John Bolton ne les a pas démenties, lors d'un entretien dimanche.

"Aucun de ceux qui participent à ces négociations ne fait preuve de naïveté". Des indices obtenus depuis le sommet du 12 juin entre le président américain Donald Trump et le numéro un nord-coréen Kim Jong Un tendent à montrer l'existence de sites secrets de production et le développement de méthodes destinées à dissimuler la fabrication d'armes nucléaires, écrit le quotidien, citant des responsables américains parlant sous le couvert de l'anonymat.

Une allusion possible aux accords négociés sous les administrations de Bill Clinton et de George W. Bush avec la Corée du Nord dans les années 1990 et 2000, et qui n'ont jamais empêché ce pays de développer son programme nucléaire. Kim et Trump n'a débouché ni sur un calendrier ni sur des modalités précises pour le démantèlement de l'arsenal nucléaire nord-coréen. Citant des responsables anonymes du renseignement, NBC a déclaré que la Corée du Nord avait l'intention de "soutirer toute concession" possible aux Etats-Unis plutôt que d'abandonner réellement ses armes nucléaires.

"Il y a des preuves absolument sans équivoque qu'ils essaient de tromper les Etats-Unis", a affirmé ce responsable, bien que la Corée du Nord ait cessé depuis plusieurs mois ses essais nucléaires et ses tests de missiles balistiques.

Il n'y a pas de preuve que [les Nord-Coréens] réduisent leurs stocks ou qu'ils aient arrêté leur production [nucléaire] (.).

Pyongyang poursuivrait les opérations dans son usine d'enrichissement de Yongbyon et serait en train d'améliorer le centre de recherche, selon des images satellites diffusées par le site de référence sur l'étude de la Corée du Nord, 38 North (en anglais). Les équipes chargées du nucléaire, estime le site, "font comme d'habitude en attendant des ordres spécifiques de Pyongyang".

Pour apaiser Washington qui menaçait, un temps, d'organiser des frappes préventives contre des installations militaires du Nord, le jeune dictateur n'a, pour l'instant, concédé qu'une destruction de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri. "Je ne vais pas entrer dans les détails, mais je peux vous dire que des progrès continuent à être enregistrés " Mike Pompeo se rendra ensuite, les 7 et 8 juillet, à Tokyo où il s'entretiendra avec les responsables japonais et sud-coréens "de notre engagement commun à une dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée de la DPRK (acronyme officiel de la Corée du Nord, NDLR), ainsi que d'autres questions régionales et bilatérales", selon le département d'État. "Je retournerai (à Pyongyang) avant longtemps", a dit M. Pompeo.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL