Mort de Naomi Musenga : ouverture d'une information judiciaire

Evrard Martin
Juillet 12, 2018

Une information judiciaire "du chef de non-assistance à personne en péril contre l'opératrice du centre des appels d'urgence [.] ainsi que du chef d'homicide involontaire contre X a été ouverte par le parquet de Strasbourg afin d'élucider les circonstances de la mort de Naomi Musenga". "La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté une défaillance de l'ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès", a précisé Yolande Renzi.

Le procureur a ajouté avoir reçu plusieurs membres de la famille de Naomi Musenga le 10 juillet "afin de leur donner connaissance des conclusions de l'enquête". La Strasbourgeoise de 22 ans était décédée le 29 décembre après une mauvaise prise en charge de la part des services du Samu.

Un document sonore, relatant les échanges entre la jeune femme et l'opératrice, avait été largement diffusé dans les médias et sur les réseaux sociaux. Elle vise notamment la régulatrice du Samu mise en cause dans cette affaire ainsi que les hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Le parquet de Strasbourg a ouvert une information judiciaire après le décès de Naomi Musenga, négligée par les services du Samu en décembre. "Nous pourrons avoir des réponses (.) j'attends que justice soit faite, que les sanctions soient prises, que chacun porte ses responsabilités" et "qu'on nous facilite l'accès aux informations" du dossier, a déclaré Honorine Musenga, la mère de Naomi, sur le perron du ministère. Un appel de détresse raillé par une opératrice de Strasbourg, qui, faute d'être pris au sérieux, a entraîné le décès de la jeune femme. Les avocats de la famille n'étaient pas joignables lors de la réception du communiqué.

Ainsi, le procureur accède à la demande exprimée par la famille fin juin.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL