"Ne menacez jamais plus les Etats-Unis" — Trump à l'Iran

Claudine Rigal
Juillet 23, 2018

Ne menacez plus jamais les États-Unis, sinon vous subirez des conséquences que peu de gens ont connu dans toute l'Histoire.

Le Président iranien Hassan Rohani avait précédemment appelé Donald Trump à "ne pas jouer avec la queue du lion" soulignant que Téhéran "ne faisait la guerre à personne" et que la force de l'Iran était de nature défensive.

Rohani a de nouveau averti que l'Iran pourrait fermer le détroit stratégique d'Ormuz, qui contrôle le Golfe et par où passerait environ 30% du pétrole mondial transitant par voie maritime.

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a comparé quelques heures plus tôt le gouvernement iranien à une mafia et qualifié le président iranien Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif d'hommes de paille. Le secrétaire américain du Trésor, Steven Mnuchin, a fait savoir que les États-Unis étaient prêts à frapper de sanctions la Russie, la Chine et tout autre pays qui poursuivrait les achats de pétrole iranien contrairement à la position des États-Unis.

Donald Trump a violemment répliqué, sur Twitter, aux avertissements du président iranien Hassan Rohani vis-à-vis d'un conflit avec l'Iran.

"Ce n'est pas fini", a-t-il mis en garde au sujet des sanctions américaines, après avoir rappelé que les Etats-Unis avaient déjà ciblé en janvier l'ayatollah Sadegh Larijani, chef de l'Autorité judiciaire, pour violations des droits de l'Homme.

" Ils doivent payer chèrement pour leurs décisions", a-t-il dit lors d'une allocution en Californie devant une majorité de citoyens américains d'origine iranienne.

"Les Etats-Unis vous entendent, les Etats-Unis vous soutiennent, les Etats-Unis sont à vos côtés", a-t-il ajouté à l'intention des manifestants, qui selon lui descendent dans la rue comme jamais depuis la révolution islamique de 1979. "Quarante ans de kleptocratie, 40 ans de richesse détournée pour soutenir le terrorisme, 40 ans d'emprisonnement d'Iraniens ordinaires pour avoir pacifiquement exprimé leurs droits", a martelé Mike Pompeo.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL