Nyssen "prend acte" et va continuer son action — Conflit d'intérêts

Pierre Vaugeois
Juillet 11, 2018

La ministre de la Culture se voit retirer ses attributions concernant "la tutelle du Centre national du livre" et "la régulation économique du secteur de l'édition littéraire", et ne doit pas intervenir dans aucun dossier impliquant "la société +Actes Sud+", indique le texte de ce décret.

Un décret tombé mardi au Journal officiel restreint le champ d'action de la ministre de la Culture dans le domaine du livre. "Le Premier ministre et le président de la République doivent se poser la question de savoir si Françoise Nyssen peut rester aujourd'hui dans ces conditions-là, sauf à priver la littérature française du soutien qu'un ministre dédié peut lui apporter". "Un décret détermine, en conséquence, les attributions que le Premier ministre exerce à la place du ministre intéressé".

Selon son entourage, le retrait d'une partie des attributions de la ministre concernant l'édition résulte d'une série d'échanges entre elle et la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, qui a débuté peu après son entrée en fonctions.

Fin décembre, la Haute Autorité lui signale que les mesures qu'elle a proposées de mettre en oeuvre pour éviter tout conflit d'intérêt "ne semblent pas suffire". Françoise Nyssen a alors sollicité le 23 janvier un avis officiel de la Haute Autorité, qui a proposé, en mars, qu'elle renonce à une partie de ses attributions ministérielles, notamment à l'exercice de la tutelle du CNL.

Plus d'un an après sa nomination au ministère de la Culture, Françoise Nyssen a été dessaisie de la régulation du secteur de l'édition par le Premier ministre, en raison d'un conflit d'intérêt avec Actes Sud, dont elle a été présidente.

Françoise Nyssen ne souhaitait pas qu'on lui retire l'action relative à toute la chaîne du livre, en particulier le secteur des bibliothèques, du patrimoine, de l'éducation artistique et culturelle. Ces décisions ont été prises "sur la proposition de la ministre de la Culture", précise le décret. Les frontières de son action risquent d'être parfois difficiles à cerner...

"Une décision est tombée, j'en prends acte et ce qui m'importe c'est de continuer à faire". "Ce qui m'importe c'est de continuer à faire".

Au fil des ans, Actes Sud est devenu un des plus importants éditeurs français composé d'une galaxie d'éditeurs (Payot & Rivages, Le Rouergue, Jacqueline Chambon, Sindbad.). Dans son deuxième point, le décret ôte à la ministre la tutelle du CNL, dont des financements bénéficient à Actes Sud.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL