Plagiat de l’iPhone : Apple et Samsung soldent une vieille querelle

Alain Brian
Juillet 1, 2018

Après sept ans d'une vieille querelle sur des accusations de plagiat de l'iPhone, Apple et Samsung ont décidé la régler à l'amiable, a-t-on appris mercredi.

Les deux géants du smartphone ont trouvé un accord amiable pour mettre fin à la guerre des brevets qui les oppose depuis des années, et qui semble, finalement, n'avoir enrichi que leurs avocats respectifs.

Cela a donc abouti à un procès le mois dernier dans lequel la justice américaine a statué que Samsung devrait verser 539 millions USD à Apple pour avoir copié son iPhone et tiré profit de cette infraction.

Les détails de l'accord n'ont pas été dévoilés. Les deux colosses, qui détiennent actuellement à eux deux environ 35% du marché mondial, ont signé un accord mais sans en dévoiler les détails, notamment financiers, selon des documents judiciaires rendus publics mercredi.

"Une guerre thermonucléaire", c'est en ces termes que Steve Jobs avait qualifié la guerre juridique dans laquelle s'étaient engagées sa société, Apple, et sa concurrente sud-coréenne, Samsung. "Il y a des batailles plus intéressantes à suivre, et elles n'auront pas nécessairement lieu au tribunal", estime Ranjit Atwal. (...) Il est important que nous continuions à protéger le travail acharné et l'innovation " chez Apple, avait alors déclaré le géant américain.

Samsung avait déjà versé 399 millions de dollars à Apple en décembre 2015, si bien qu'il n'aurait qu'à payer 140 millions de dollars supplémentaires au fabricant de l'iPhone si le verdict a été confirmé.

Tout débute en 2011 lorsque Apple accuse Samsung de copier "grossièrement" ses produits avec ses téléphones et tablettes. Leur querelle était alors remontée jusqu'à la Cour suprême des Etats-Unis qui a annulé en 2016 cette sanction, renvoyant le dossier dans le système judiciaire ordinaire.

De son côté, Samsung avait mis en avant la violation par Apple de brevets comme pour des technologies de connexion sans fil, sans quoi " Apple n'aurait jamais réussi dans l'industrie des télécommunications mobiles.

En mai 2018, le jury devait déterminer si les éléments de design copiés par Samsung justifiaient le versement de la totalité des bénéfices dégagés grâce au modèle de smartphone incriminé, ou seulement une partie de la somme, car il ne s'agissait que de composants.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL