Plus de 18 000 fonctionnaires limogés — Turquie

Xavier Trudeau
Juillet 8, 2018

La levée de l'état d'urgence était l'une de ses promesses de campagne. Parmi eux, 9000 fonctionnaires de police et 6000 membres des forces armées sont concernés par le décret, présenté par les médias comme le dernier avant une probable levée lundi de l'état d'urgence instauré au lendemain du putsch manqué de juillet 2016 et sans cesse renouvelé depuis.

Si les chiffres donnent le vertige, ils ne sont pourtant que le dernier épisode d'une longue série de purges, entamée depuis l'instauration de l'état d'urgence après le putsch manqué de juillet 2016.

Parmi les 18632 fonctionnaires limogés à la suite d'un décret-loi paru dimanche, se trouvent 8998 policiers, 3077 soldats de l'armée de terre, 1949 de l'armée de l'air, 1126 de la marine, 1052 employés du ministère de la Justice, 649 gendarmes, 199 universitaires... Les médias turcs affirment que ce régime d'exception sera levé lundi après la prestation du serment de Recep Tayyip Erdogan, réélu à la tête du pays le 24 juin dernier.

Ce lundi entrera aussi en vigueur un nouveau système présidentiel dans lequel l'ensemble des pouvoirs exécutifs reviennent au chef d'État. La dernière période se termine officiellement le 19 juillet.

Ces purges sont vivement critiquées par l'opposition et les organisations de défense des droits de l'homme, qui y voient une tentative de faire taire toute voix critique en Turquie. De plus, le texte annonce que 148 personnes, limogées par de précédents décrets, ont été réintégrées dans la fonction publique. Des milliers d'autres ont été suspendues.

Les autorités turques ont accusé le prédicateur musulman Fethullah Gülen, basé aux États-Unis, d'avoir orchestré le coup d'État et ont procédé à des limogeages de personnes accusées de liens présumés avec lui. Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par Ankara, mais aussi par l'UE et les États-Unis.

Par ailleurs, douze associations, trois journaux, et une chaîne de télévision ont été fermés par le décret de dimanche.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL