Pyongyang maintient la pression sur Washington, et réciproquement

Claudine Rigal
Juillet 7, 2018

Selon un journaliste de CNN, un guide nord-coréen s'est d'ailleurs amusé au détriment des médias américains en reprenant une des expressions favorites de Donald Trump, en marge de la visite à Pyongyang du secrétaire d'Etat Mike Pompeo ce 6 juillet.

Depuis sa rencontre le 12 juin, à Singapour, avec Kim Jong-un, le président américain Donald Trump s'est montré optimiste sur les chances de paix dans la péninsule divisée depuis la guerre de Corée (1950-53), assurant que la menace d'une guerre nucléaire était écartée. Kim et Trump à l'issue de la rencontre était avare de détails. Kim Jong-un a "réaffirmé son engagement ferme et inébranlable envers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

Une formulation vague qui a déçu les attentes des experts, d'autant qu'elle ne fait pas mention de la nécessité que ce processus soit aussi "vérifiable et irréversible", comme le réclamaient les Etats-Unis. Il vient y négocier un calendrier de démantèlement, dont la première étape devrait être la publication par le régime de l'inventaire de toutes ses armes et de ses sites de production nucléaires et balistiques.

"Le but de mon déplacement est d'obtenir des détails sur ces engagements et de poursuivre la mise en œuvre de ce que les deux leaders ont convenu". M.Trump a utilisé le titre de cette chanson l'année dernière pour qualifier le leader nord-coréen, suite aux essais intenses de missiles de Pyongyang.

Mike Pompeo et Kim Yong-chol, bras droit de Kim Jong-un se retrouvent à Pyongyang.

Kim Yong Chol a salué l'Américain en relevant qu'il s'agissait de sa troisième visite dans le pays.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL