Sperme de moins bonne qualité, puberté précoce... Des perturbateurs endocriniens d'origine environnementales…

Evrard Martin
Juillet 4, 2018

Non seulement ces résultats ont des conséquences sur la fertilité des hommes français, mais les auteurs rappellent aussi que la qualité du sperme est un indicateur global de santé publique. Selon l'agence sanitaire, leurs causes pourraient être environnementales, bien qu'elles soient encore difficile à démêler.

La France n'est pas le seul pays concerné par ce double phénomène de baisse de la fertilité et de dégradation de la santé.

Parallèlement, les cas de cancers des testicules, qui se déclarent le plus souvent chez des patients âgés de 20 à 40 ans, ont progressé de 1,5% par an entre 1998 et 2014.

"Diverses hypothèses causales peuvent être évoquées, notamment les expositions aux perturbateurs endocriniens (PE)".

"D'autres causes sont possibles ou peuvent être intriquées avec les précédentes, comme le tabagisme chez les femmes enceintes (.), des facteurs nutritionnels ou métaboliques, la pollution atmosphérique ou des modifications de mode de vie (sédentarité, stress, chaleur, sommeil)", ajoutent-ils. En vingt ans, l'incidence de la maladie a augmenté de 1,5% par an.

Dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire, délivré début juillet, l'agence Santé publique France s'est penchée sur les cas de puberté précoce, qui se manifeste sur des filles de 8 ans ou moins et sur des garçons de 9 ans ou moins.

Elle touche 10 fois plus souvent les filles que les garçons. Un rapport de Santé Publique France le confirme: la santé reproductive en France se détériore. Et les différences sont marquées entre les régions: dans l'ancienne région Midi-Pyrénées et le département du Rhône, les incidences de cette pathologie sont plusieurs fois supérieures à la moyenne nationale.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL